She's a homewrecker : le site où dénoncer et insulter la maîtresse de son mec

She's a homewrecker : le site où dénoncer et insulter la maîtresse de son mec
Un site internet pour dire au monde entier à quel point vous détestez la briseuse de ménage avec qui on vous a trompée ? Voici Shesahomewrecker.com, où il est possible de dénoncer la vilaine, en donnant son nom et même des photos. Où s'arrête la vengeance, où commence la morale : difficile à dire.


Il a commis l’irréparable, bafoué votre honneur, détruit votre foyer… Il, votre mari / compagnon / petit ami ? Ou serait-ce elle, la tentatrice pécheresse, la véritable responsable du délit ? Le site Shesahomewrecker.com (« Cestunebriseusedeménage.com ») a tranché : la femme est la fautive. Le but affirmé du site est de permettre aux femmes trompées de se venger, en dénonçant celle avec qui leur moitié a fauté. Elles peuvent divulguer à qui veut l’entendre le nom complet de la femme, sa photo, son lieu de résidence ainsi que des détails personnels plus ou moins croustillants et/ou sordides.

« Quelle grosse salope »

« Mon mari m’a trompée avec cette briseuse de ménage qui est également une droguée et une prostituée. Nous nous étions séparés avant de nous rabibocher, tout allait bien jusqu’à ce qu’elle commence à l’appeler, ou essaye de le joindre par ses amis. En décembre 2011, il m’a dit qu’il allait voir des amis et n’est jamais revenu. […] Les filles, cette briseuse de ménage n’a aucune conscience, elle se fiche de vous, de vos enfants et même d’elle-même », témoigne par exemple une femme déçue, en publiant au passage une photo de ladite briseuse de couple. Dans les commentaires, on approuve : « quelle grosse salope », on questionne : « l’a-t-elle drogué ? » et pire, on retrouve son profil Facebook personnel pour l’insulter par mail.

Slut-shaming de bas étage

Inutile d’hurler à la diffamation : le site est tout à fait légal, puisqu'il se décharge de toute responsabilité envers les propos tenus par ses membres. « Tous les posts et les commentaires de Shesahomewrecker.com représentent les opinions de ceux qui les publient et ne sont pas assumés, approuvés […] par ses propriétaires », explique une rubrique du site. Ruiner potentiellement la vie d’une femme, la jeter en pâture aux internautes furieuses, la condamner à la cyber-opprobre : finalement, ce site n’est qu’une énième vitrine du slut-shaming. Ici, la femme est la seule responsable d’une fin de couple, c’est elle la méchante. L’homme, lui, s’en sort plutôt bien en écopant du rôle de victime d’une manipulatrice sans pitié.

VOIR AUSSI

Monconnard.com : un site pour balancer sur son ex
Revenge porn : en Californie, un projet de loi contre la revanche des ex
Slut-shaming : pas de quartier pour la femme libérée

Dans l'actu
comments powered by Disqus