Un prix d'innovation retiré à un sextoy car jugé "immoral et obscène"

Osé, le sextoy qui fait polémique
Osé, le sextoy qui fait polémique
Gagnante du prix de l'innovation au salon de la robotique CES (Consumer Electronics Show) à Las Vegas, Lora Haddock s'est ensuite vu retirer la récompense destinée à "Osé", son sextoy, car celui-ci serait finalement jugé "immoral et obscène" par le comité.
A lire aussi

Lorsque Lora Haddock, PDG et fondatrice de Lora DiCarlo, reçoit l'appel du CTA (Consumer Technology Association) qui lui annonce qu'elle recevra un prix de l'innovation du fameux CES (Consumer Electronics Show) de Las Vegas pour Osé, son nouveau sextoy pour femmes qui imite la sensation d'une bouche, d'une langue et de doigts, elle ne s'attend pas à ce que quelques temps plus tard, on lui retire.

La raison ? Le jouet (qui, entre nous, a l'air d'une petite merveille) serait finalement jugé comme faisant partie des projets "immoraux, obscènes, indécents, profanes ou ne correspondant pas à l'image" du salon, un jugement resté à la discrétion de l'organisation - qui change apparemment rapidement d'avis.

Pire, elle n'aura pas non plus le droit de présenter son sextoy au salon, qui aura lieu dans quelques semaines, sous prétexte qu'il ne serait pas "éligible dans la catégorie Robotiques et Drone", selon le CTA qui organise l'événement.

Dans un article publié sur son site, Lora Haddock s'indigne : "C'est une déclaration encore plus ridicule et insultante que la première [...] Notre produit a été conçu en partenariat avec un laboratoire universitaire d'ingénierie robotique de pointe (l'Université d'Etat de l'Oregon, ndlr)".

"1 sur 100 gagnant·es du prix de l'innovation était une femme"

Elle ajoute également trouver ahurissant que l'année d'avant, des poupées sexuelles destinées aux hommes aient été présentées sans problème, tout comme des casques de réalité virtuelle diffusant du porno, dont le public était presque exclusivement masculin.

Si le CTA a présenté ses excuses, il n'a pas apporté davantage d'explications. De son côté, Laura Haddock accuse la diabolisation de la sexualité féminine et le sexisme qui règnent dans le monde de la technologie. Elle rappelle également que seulement "1 sur 100 gagnant·es du prix de l'innovation était une femme", et pointe que ces biais liés au sexe doivent absolument être dénoncés - à l'instar de la suppression des pubs pour sextoy dans le métro new-yorkais.

"On ne sait jamais comment la technologie peut être utilisée, l'avenir des soins de santé pourrait bien être dans le brevet d'un jouet sexuel", a-t-elle écrit. "Mais si le CTA est si résolu à empêcher les femmes et la technologie sexuelle de se développer, nous ne le saurons jamais."