Fête des pères : les papas cultes du cinéma

Fête des pères : les papas cultes du cinéma
Fête des pères : les papas cultes du cinéma
Dans cette photo : Jean-Paul Belmondo
Fête des pères oblige, voilà une bonne occasion de revenir sur ces acteurs craquants dans le rôle du papa poule, maladroit, protecteur ou aventurier. Mais de « Trois hommes et un couffin » (1985) aux nouveaux « Papas du dimanche » de  2012, ces pères attendrissants en disent long sur l'évolution de la paternité dans la société.
A lire aussi

Les papas cultes :


Jean-Paul Belmondo et Alain Delon dans « 1 chance sur 2 » de Patrice Leconte
Ces deux pères ne pouvaient être joués que par des comédiens mythiques. Dans « 1 chance sur 2 » on retrouve les deux acteurs emblématiques du cinéma français Alain Delon et Jean-Paul Belmondo en pères d’une Vanessa Paradis explosive. C’est d’ailleurs dans ce film que Jean-Paul Belmondo sera suspendu dans les airs accrochés à un hélicoptère pour la dernière fois de sa carrière.



Gérard Depardieu dans « Mon père ce héros » de Gérard Lauzier
« Mon père ce héros » est un film emblématique des années 90. Gérard Depardieu est un père qui subit alors la crise d’adolescence de Véro 15 ans, sa fille qui refuse de l’appeler « papa ». Le film cartonne en France avec plus de 1 240 000 entrées et séduit les Américains avec une adaptation « My father the Hero » toujours avec Gérard Depardieu en père surprotecteur. Le film rapporte plus de 20 millions de dollars. Et si aux Etats-Unis il révèle au grand public : Katherine Heigl (« Grey’s Anatomy », « Bébé mode d’emploi »), la version française lance la carrière de Marie Gillain.

Les papas aventuriers :


George Clooney dans « The descendants » d'Alexander Payne
Imaginer le célibataire le plus courtisé des Etats-Unis en bon père de famille fait forcément rêver. Dans « The descendants », le sex-symbol incarne un mari trompé et un père absent, qui part alors à la recherche de l’amant de sa femme ses deux filles sous le bras. On n’attendait pas l’acteur américain dans le rôle d’un père tourmenté, pourtant ce rôle lui a valu une nomination pour l’Oscar du Meilleur acteur.



Jean Reno dans « Wasabi » de Gérard Krawczyk
C’est après le dernier volet des « Visiteurs » que Jean Reno décide d’incarner pour la première fois au cinéma un papa. A la ville il est d’ailleurs l’heureux père de 6 enfants, c’est donc un rôle qu’il connaît bien. Dans « Wasabi »  il devient du jour au lendemain le père d’une adolescente chinoise. Alors flic solitaire il devient un papa poule sans pour autant oublier ses méthodes parfois musclées d’inspecteur.


Les nouveaux papas :


Pierce Brosnan, Colin Firth et Stellan Skarsgard dans « Mamma Mia ! » de Phyllida Lloyd
C’est en 1999 que « Mamma Mia ! » est joué pour la première fois à Londres. Basée sur les chansons du groupe ABBA, cette comédie musicale n’a cessé d’être réadaptée. En 2008 pour la première fois elle fait son apparition sur les écrans de cinéma. Si Meryl Streep y tient le rôle-titre de la mère déjantée, les véritables héros sont les trois pères potentiels de Sophie. La réalisatrice Phyllida Lloyd donne naissance à un trio infernal : Pierce Brosnan est le séducteur, Colin Firth l’aristocrate britannique et Stellan Skarsgard est Bill, devenu gay avec le temps. Chacun leur tour ils s’imaginent alors devenir père et conduire leur fille à l’autel.


André Dussollier, Roland Giraud, Michel Boujenah dans « Trois hommes et un couffin » de Coline Serreau
Le trio est cette fois français. Et c’est une certitude, il fonctionne, Coline Serreau reçoit d’ailleurs le César du Meilleur film français de l’année en 1986 pour sa réalisation.  Pourtant l’histoire est simple, un jour un couffin est oublié dans un appartement de trois hommes célibataires. Qui est le père ? André Dussollier, Roland Giraud ou Michel Boujenah ? Quelques autres questions les occuperont ensuite comme le mode d’emploi des couches… Une suite voit le jour en 2003, « 18 ans après ».


Les papas du dimanche :


Thierry Neuvic dans « les papas du dimanche »
Le divorce, comment ne pas en parler au cinéma. Louis Becker s’est intéressé à la situation des pères après une séparation. Thierry Neuvic est Antoine, un père qui a l’impression de devenir un « papa du dimanche », un peu amateur. Une situation difficile à vivre pour ce quadragénaire qui tente de se reconstruire en tant qu’homme mais surtout en tant que papa.  


Kad Merad acteur et réalisateur de « Monsieur Papa »
Les rôles de père, il connaît, d’abord dans « Bienvenue chez les ch’tis » puis dans « Le petit Nicolas » ou encore dans « La Nouvelle guerre des boutons ». Kad Merad se lance alors un nouveau défi en interprétant un père qui ne l’est pas dans « Monsieur Papa ». Acteur, il est engagé par une mère désespérée de voir son fils rechercher son géniteur. Comment devient-on père, a-t-on vraiment besoin d’avoir des gènes en commun pour être de la même famille ? Le film soulève des questions très actuelles sur la paternité et son héritage.  


Sarah Jumel

VOIR AUSSI

Etre un papa aujourd’hui, c’est pas si facile…
Le baby blues du papa
Santé : les étudiants se portent mieux chez papa et maman
La testostérone baisse quand on devient papa
Vie de parents.fr : Papa et Maman racontent leurs déboires sur un blog