Homophobie : le dérapage de Minute sur l’EuroPride de Marseille

Homophobie : le dérapage de Minute sur l’EuroPride de Marseille
Homophobie : le dérapage de Minute sur l’EuroPride de Marseille
L'hebdo d’extrême-droite Minute consacre cette semaine deux pages à l'EuroPride, et y glisse au passage des réflexions ouvertement homophobes, qualifiant la manifestation internationale de « décadente ».
A lire aussi


Pierre Tanger
signe pour le journal hebdomadaire Minute deux pages sur le rassemblement EuroPride, grande fête homosexuelle qui aura lieu en juillet à Marseille. Il qualifie la manifestation de « décade décadente », et pointe du doigt les sponsors avec une touche d’humour pour le moins de mauvais goût : « 330.000 euros seront donnés par des sponsors, parmi lesquels Kronenbourg pour faire sauter les capsules, Air France pour s’envoyer en l’air et Ricard pour s’offrir un rafraîchissement après les parties de boules ». Le journaliste ajoute « Maintenant si au petit matin, on retrouve des phoques échoués sur la plage, que les défenseurs des animaux ne viennent pas se plaindre ».

Un parti pris homophobe

Un parti pris ouvertement homophobe finalement pas étonnant pour l’hebdo d’extrême-droite, qui écrit « ces gens-là » pour évoquer les gays et lesbiennes, et avait publié en juillet 2012 un brûlot anti-mariage gay. Une racoleuse à l’appui, détournant des photos de la Gay Pride pour faire des homosexuels un stéréotype, le journal satirique avait titré « Mariage homo : bientôt ils pourront s’enfiler… La bague au doigt ». Minute est diffusé depuis 1962 et tire à environ 40 000 exemplaires. Pour mémoire, citons le regretté Pierre Desproges qui avait dit, au sujet de l’hebdo : « Au lieu de vous emmerder à lire tout Sartre, vous achetez un exemplaire de Minute, pour moins de dix balles vous avez à la fois La Nausée et Les Mains sales ».

Victoria Houssay

VOIR AUSSI

Opposition au mariage gay est-il synonyme d'homophobie ?
#SiMonFilsEstGay : Twitter et les associations anti-homophobie vont s'expliquer
Homophobie : la France plus tolérante, malgré un noyau dur persistant

Dans l'actu