Victoires de la musique 2014 : Gilles Desangles répond aux critiques

Victoires de la musique 2014 : Gilles Desangles répond aux critiques
Victoires de la musique 2014 : Gilles Desangles répond aux critiques
Samedi, le directeur général des Victoires de la musique a répondu sur sa page Facebook aux détracteurs de la cérémonie. Visiblement remonté, Gilles Desangles a fustigé la « mauvaise foi » et les « diatribes puériles » des internautes et des médias qui ont critiqué l'émission.
A lire aussi
Victoires de la Musique 2015 : David Guetta sur scène
musique
Victoires de la Musique 2015 : David Guetta sur scène


Gilles Desangles n'est pas content. Face au concert de critiques dont ont été victimes les Victoires de la musique, retransmises en direct vendredi 14 février sur France 2, le nouveau directeur général de la cérémonie a tenu à donner son point de vue et à répondre à ses détracteurs.

Très agacé, Gilles Desangles a publié samedi 15 février sur sa page Facebook un long post dans lequel il répond à ceux qui, sur Twitter notamment, ont critiqué la cérémonie. Jugée trop longue, pas assez punchy, l'édition 2014 des Victoires de la musique a aussi été marquée par l'absence notable des Daft Punk, qui ont boycotté l'émission. Quant aux présentateurs de la cérémonie, Virginie Guilhaume et Bruno Guilhon, les spectateurs leur reprochent de nombreux ratés, comme lorsque l'animatrice a buté en prononçant le nom de l'album de Kavinsky « Outrun », sacré Meilleur album dans la catégorie Musiques électroniques ou dance.

>> Victoires de la musique : le palmarès complet de la cérémonie <<

« Ce qu'on peut lire comme bêtises… »

« Ce qu'on peut lire comme bêtises sur les réseaux asociaux... On se dit qu'on va se rattraper avec la presse écrite, et on est effaré par les mensonges, les approximations et la mauvaise foi... Oublions les commentaires inutilement agressifs et parfois ridicules, les comparaisons stupides (qui, parmi ces experts auto proclamés a vu des Grammy 2014 un autre moment que la formidable séquence des Daft Punk...) », écrit-il.

Et de rappeler que toutes les performances d'artistes ont été interprétées sans play-back, fait rare dans une émission retransmise en direct à la télévision : « Soulignons l'engagement des artistes nommés qui tous ont chanté ou joué en live, sans play-back, en assurant un spectacle créé spécialement pour cette soirée, qui pour beaucoup ont sollicité notre orchestre dirigé par Paul Rouger... Qui peut honnêtement, en faisant abstraction de ses goûts personnels, nier la qualité des performances de Christophe Mae, de Julien Doré, de Vanessa Paradis, des Shaka Ponk et de tous les autres ? »

« Je ne lis que des diatribes puériles »

Et de fustiger vertement ceux qui ont osé critiquer l'émission : « Je ne lis pas d'arguments, je ne lis que des diatribes puériles... Qui peut sans démontrer son manque de curiosité critiquer ou oublier dans ses comptes-rendus la performance d'Ibrahim Maalouf... Qui peut sans démontrer une mauvaise foi coupable retenir de plus de 3 heures d'animation de notre très convaincant tandem d'animateurs Virginie Guilhaume et Bruno Guillon un nom d'album mal prononcé ? Allez réjouissons-nous de cette aventure collective, ça a été compliqué cette année, mais ça valait notre peine ! », a-t-il conclu, non sans rappeler que la cérémonie a été suivie vendredi par 3,1 millions de téléspectateurs, permettant aux Victoires de réaliser leur plus belle audience depuis 2010.