"Well Well Well" : un nouveau magazine féministe et lesbien débarque en kiosque

"Well Well Well" : un nouveau magazine féministe et lesbien débarque en kiosque
"Well Well Well" : un nouveau magazine féministe et lesbien débarque en kiosque
« Well Well Well » : c’est le nom de la nouvelle revue arrivée dans les kiosques ce 12 septembre. Fort de 128 pages, ce bi-annuel, à mi-chemin entre le magazine et le livre, s’adresse plus particulièrement à public lesbien. Découverte...
A lire aussi


Un nouveau titre a fait son apparition dans les kiosques ce 12 septembre. Son nom: Well Well Well. Féministe et militant, il s'adresse plus particulièrement à un public lesbien. « Après la disparition de plusieurs titres (Muse & Out, Lesbia Magazine ou encore Têtue.fr, ndlr.), il n'y avait plus de médias print destinés aux femmes homos. Well Well Well entend bien combler ce manque et faire partager la richesse de l'histoire et des cultures lesbiennes, souvent peu visibles », a ainsi fait savoir la rédaction du titre dans un communiqué de presse. « Tout au long de la revue, on retrouve un point de vue féministe », a par ailleurs expliqué, au Figaro Madame, Marie Kirschen, fondatrice et rédactrice en chef de la revue. « Il y a tellement d'histoires passionnantes sur le sujet, le genre de papier qui n'intéressent pas les médias généralistes », constate cette ancienne de Têtue.fr, assurant vouloir « mettre en avant les femmes, toutes celles qui ont des choses à dire et qu'on n'entend pas souvent ».

Un titre à mi-chemin entre le magazine et le livre

Outre le fait de se différencier par sa cible, ce nouveau féminin culturel le fait également par son format transgenre, à mi-chemin entre le magazine et le livre. Et c'est grâce au financement participatif que ce mook – contraction de « magazine » et de « book » –, a pu voir le jour. En effet, grâce à 427 donateurs, plus de 17 300 euros ont été récoltés sur la plate-forme de crowdfounding Ulule, soit 7 000 euros de plus que l'objectif initial. « Les 10 000 euros nécessaires ont été récoltés en moins de quinze jours », aime-t-on d'ailleurs rappeler chez Well Well Well

>> Lui : le "nouveau" magazine masculin, homophobe et sexiste ? <<

Fort de 128 pages, le dernier né de la presse française s'invitera en kiosque une fois tous les six mois et ne traitera d'aucun sujet lié à la conso, à la beauté ou encore à la psycho car « d'autres le font déjà ». Ainsi, le premier numéro – tiré à 3 000 exemplaires et sur lequel une petite quinzaine de personnes ont collaboré –, propose aux lecteurs une tribune de Virginie Despentes, une interview de Céline Sciamma, la réalisatrice de Tomboy et Bande de filles (en salles le 22 octobre) qui fait d'ailleurs la couverture ou encore des dossiers sur le mariage pour tous et le sport féminin.

Sommaire du numéro 1 de "Well Well Well"


Well Well Well
est vendu au prix de 15 euros, en kiosque et sur le site de la revue.