Les Français prêts à travailler plus sauver leur emploi

Les Français prêts à travailler plus sauver leur emploi
Les Français prêts à travailler plus sauver leur emploi
Plus de sept Français sur dix (73%) sont prêts à travailler plus pour sauver leur emploi, mais à condition de gagner plus, selon un sondage Opinion Way pour les éditions Tissot.
A lire aussi
Les femmes doivent-elles (vraiment) arrêter de travailler le 7 novembre à 16h34 ?
News essentielles
Les femmes doivent-elles (vraiment) arrêter de travailler...


Après « Travailler plus pour gagner plus » en 2007, la campagne 2012 pourrait-elle être marquée par le slogan  « Travailler plus pour sauver son emploi ». C’est ce qui ressort d’un sondage Opinion Way pour les éditions Tissot, publié lundi. Plus de sept Français sur dix (73%) sont prêts à travailler plus pour sauver leur emploi, mais à condition de gagner plus.
Dans un marché du travail difficile, 82% des Français se disent prêts à « se former » et 75% à « changer de poste dans leur entreprise ». En revanche, 68% d'entre eux ne sont pas prêts à travailler plus pour la même rémunération, ni à remettre en question leur RTT ou nombre de congés payés. Le sondage évoque des salariés « pessimistes » sur l'avenir de l'emploi. Pour plus d'un Français sur deux, son entreprise va « plutôt réduire ses effectifs dans les deux ans à venir », secteur public et privé confondus. Et interrogés sur les effets de la présidentielle sur leur emploi, 66% des sondés pensent qu'elle n'aura pas « d'impact sur leur emploi ».

Ce sondage a été réalisé par internet entre le 15 et le 17 février auprès d'un échantillon de 1.145 salariés, lui-même issu d'un échantillon de 3.090 personnes, représentatif de la population française, selon la méthode des quotas.

Source : AFP
Crédit photo : Brand X Pictures

VOIR AUSSI

Chômage : les cadres et les plus qualifiés très touchés
« Le numérique peut offrir aux femmes une carrière valorisante »
Comment structurer son temps au bureau ?
Chômage : Pôle Emploi frise « l'implosion »
Emploi et salaires : plus d'inégalités pour les classes moyennes