Chômage : les indemnités des cadres pourraient être réduites

Chômage : les indemnités des cadres pourraient être réduites
Chômage : les indemnités des cadres pourraient être réduites
Dans son rapport sur le marché du travail, la Cour des comptes envisage de revoir à la baisse les indemnités perçues par les cadres au chômage. Pour les économistes, cette proposition mérite d'être débattue.
A lire aussi
Indemnité de licenciement : tout ce qu'il faut savoir (calcul, impôt, chômage)
Mag
Indemnité de licenciement : tout ce qu'il faut savoir...


La Cour des comptes vient de dresser un bilan sévère de la situation financière de l’assurance chômage. Dans un rapport publié mardi sur les politiques de l’emploi, les indemnités des plus hauts revenus sont dans le collimateur. L’objectif poursuivi par la Cour des comptes est de limiter les pertes de l’assurance chômage et de « mieux cibler » les actions sur ceux qui subissent davantage la crise. « Si le régime a bien joué son rôle de maintien du revenu des demandeurs d'emploi, il voit désormais son efficacité se dégrader, son équité se fragiliser et sa soutenabilité mise en cause du fait du maintien à un niveau élevé de chômage », indique la Cour des comptes. Son constat a été réalisé à partir des résultats de l’Unédic (l'assurance chômage) : « Le déficit prévu pour 2013 est de 5 milliards d'euros et l’endettement pourrait s’élever à 18,5 milliards d'euros », d’après lefigaro.fr.

Pour justifier cette proposition, les magistrats de la Cour révèlent qu'un cadre touchant 4 000 euros net, soit deux fois le salaire moyen, touche 68,3% de son salaire net au chômage. Un montant bien supérieur à ceux du Danemark (35,5%), de l’Espagne (31,9%) et du Royaume-Uni (20,7%). La Cour explique aussi qu'un cadre dont la rémunération mensuelle brute s’élève à 10 000 euros, soit un net de 7 200 euros, touche 5 012,40 euros d’indemnités, une somme considérablement plus importante que celle perçue en Allemagne dans un contexte similaire.

Depuis, le projet de la Cour des comptes a été fortement contesté par les principaux concernés. Selon plusieurs experts, cette question mérite un débat. Matthieu Plane, économiste à l’Office français des conjonctures économiques (OFCE), rappelle dans le Parisien que les cadres cotisent « plus qu'ils ne reçoivent de prestations car le taux de chômage des cadres est assez faible, autour de 4% ». Pour Bernard Van Craeynest, président de la CFE-CGC, « il existe déjà un plafond d’indemnisation qui tourne autour de 6 600 € par mois. Nous sommes dans un système d’assurance, les cadres cotisent beaucoup, il est normal qu'ils aient une indemnisation à la hauteur ».

Alice Bidet

VOIR AUSSI

Chômage : on ne pourra pas rester sous les 10% en 2013 selon l'OFCE
Chômage, trou dans le CV, accident de parcours : comment en parler en entretien
Chômage : la crise a touché de plein fouet l'emploi des femmes