Fleur Pellerin aux jeunes Françaises : "La French Tech a besoin de vous !"

Fleur Pellerin aux jeunes Françaises : "La French Tech a besoin de vous !"
Fleur Pellerin aux jeunes Françaises : "La French Tech a besoin de vous !"
A l'occasion de la journée de la femme, Fleur Pellerin dresse un bilan de son action en direction de l'entrepreneuriat féminin. L'occasion également pour la ministre des PME, de l'Innovation et de l'Économie numérique de lancer un appel aux jeunes femmes qui hésitent parfois encore à entreprendre et à s'investir dans des projets innovants.
A lire aussi


Terrafemina : Concrètement, depuis que vous êtes en charge des PME et que vous travaillez aux côtés de Najat Vallaud-Belkacem, quelles actions ont été mises en place pour favoriser l’entrepreneuriat des femmes, notamment dans les projets innovants ? Quelles sont les prochaines étapes ?

Fleur Pellerin : Développer l’entrepreneuriat féminin est l’une de mes priorités depuis mon arrivée au gouvernement. Dans la continuité des Assises de l’Entrepreneuriat, j’ai élaboré avec Najat Vallaud-Belkacem le plan « Entreprendre au féminin ». Il associe les réseaux d’accompagnement, Bpifrance et plusieurs réseaux bancaires pour soutenir les femmes créatrices et parvenir au chiffre de 40% d’entreprises créées par des femmes à horizon 2017.

Mais, ne nous trompons pas, l’essentiel est dans les têtes et dans les pratiques : c’est pour cela que les belles histoires, les femmes qui réussissent, qui inspirent, doivent être mises en avant, et qu’elles ont également un rôle à jouer pour faire bouger les choses !

Tf : D’où vient selon vous ce blocage, cette réticence à entreprendre dans le monde du numérique notamment, dont souffrent les Français et plus encore les Françaises ?

F. P. : Le numérique est partout mais il souffre d’une image erronée auprès des jeunes femmes. En France, les jeunes étudiantes sont moins de 20% à se tourner vers les écoles d'ingénieurs car elles n’osent pas s’engager dans ces parcours. Quelle perte de talents pour la French Tech et quel dommage pour elles alors qu’il y a formidables opportunités qui les y attendent !

Nous devons commencer par lutter contre les stéréotypes et mener des actions de sensibilisation, dans les écoles et les collèges, auprès des jeunes filles et des jeunes femmes, car c’est en amont que nous pourrons contribuer à faire changer les mentalités. Nous devons leur présenter les métiers du numérique et les compétences très variées qui peuvent s’y exprimer, afin qu’elle choisissent cette voie si elle les inspire !

Les femmes de la French Tech ont aussi une responsabilité, un véritable rôle pour promouvoir l’attractivité du numérique et attirer de nouveaux talents. Je veux casser l'idée selon laquelle les technologies et le numérique seraient le domaine réservé des hommes. Des femmes leader de la "Tech" émergent dans la Silicon Valley : songez à Marissa Mayer qui est la PDG de Yahoo!, ou à Sheryl Sandberg qui est la directrice des opérations de Facebook, pour ne citer qu’elles. Et c’est sans compter toutes ces entrepreneuses de la French Tech, elles sont nombreuses aux Etats-Unis mais aussi de plus en plus en France, dont je veux saluer ici le dynamisme et l’engagement. Je dis aux jeunes femmes qu’elles doivent briser l’autocensure !

>> Elles ont réussi dans le digital: 32 parcours inspirants de femmes leaders du numérique <<

Tf : Quels conseils prodigueriez-vous à une jeune femme qui hésite à se lancer dans l’entrepreneuriat ?

De foncer, de ne pas hésiter à entreprendre, d’assumer ses choix et de réaliser ses ambitions ! Les exemples de femmes qui parviennent aux premiers rangs des entreprises ou de l’Etat sont de plus en plus nombreux. Il n’y a aucune fatalité et les obstacles traditionnels reculent.

Je veux aussi dire que les femmes ont toujours joué un rôle dans l'économie. La reconnaissance de leur rôle et leur entrée massive sur le marché du travail au cours du XXe siècle représentent un processus historique au moins aussi important que les révolutions industrielles. Les femmes ont beaucoup apporté à ce qu'est devenue l'économie moderne : une économie plus collaborative, plus humaine. C'est pourquoi je refuse une vision compassionnelle et finalement condescendante, qui ramènerait tous les enjeux à une lutte entre les sexes et à la nécessité d'aider le sexe dit « faible ». Jeunes Françaises, lancez-vous, notre pays a besoin de vous ! La French Tech a besoin de vous !

Tf : Les enfants qui entrent à l’école aujourd’hui disposeront-ils, selon vous, des bons enseignements, des bons outils et des bons messages, pour, demain, être en mesure de dépasser les barrières qui semblent brider les ambitions entrepreneuriales des jeunes actifs de 2014 ?

F. P. : Le plan « entreprendre au féminin » que j’ai lancé avec Najat Vallaud-Belkacem vise notamment à renforcer la sensibilisation et l’information des femmes à la vie de l’entreprise et à l’entrepreneuriat. Plus globalement, nous allons mettre en place le parcours de sensibilisation et de formation à la création d’entreprise, plus globalement à l’envie d’entreprendre, annoncé par le Président de la République à l’issue des Assises de l’Entrepreneuriat. Et le Fonds National d’Innovation qui a été créé à ma demande au sein du Programmes des Investissements d’Avenir a une enveloppe de 20 millions d’euros pour soutenir des initiatives.

Ce qui me rend optimiste, au-delà de nos actions institutionnelles, c’est d’abord le dynamisme que je constate tous les jours sur l’ensemble des territoires : c’est une association d’entrepreneurs qui donne du temps pour simuler la création d’une mini-entreprise dans un collège, c’est un professeur passionné qui organise un concours Start-up Lycée, j’ai d’ailleurs invité sa classe à Bercy lors des vœux de la French Tech, ou bien ce sont des parents qui organise des « coding goûters » pour que nos enfants apprennent à décoder l’univers numérique. C’est tout ce foisonnement, que nous devons favoriser et accompagner, qui va lever les verrous !

Tf : Offrirez-vous Barbie entrepreneure à votre fille ? Cette poupée est-elle sexiste ou progressiste ?

Cette modeste évolution n’est peut-être pas inintéressante en soi : après avoir exercé plus d’une centaine de métiers, dont celui de Présidente et de pilote d’avion, il était certainement temps que Barbie compte celui d’entrepreneure à son actif !

Mais ne nous trompons pas de combat : c’est l’image de la femme véhiculée par notre culture dans son ensemble qui est à remettre en question, et pas simplement une poupée. Parce que cette image est malheureusement encore en décalage par rapport à la diversité des femmes dont je souhaite qu’elles puissent inspirer nos filles – et nos fils ! Et cela passe par bien plus que de simple jouets, même s’ils peuvent y contribuer : c’est en agissant sur l’environnement dans lequel nos enfants grandissent que nous réussirons à faire avancer notre société.

Pour répondre à votre première question, je l'offrirai peut-être à ma fille lorsque Barbie sera une entrepreneure de la French Tech, avec dans sa panoplie le coq rouge qui la symbolise !

Dans l'actu