Combien de temps met-on pour aller au boulot le matin ?

Combien de temps met-on pour aller au boulot le matin ?
Combien de temps met-on pour aller au boulot le matin ?
23 minutes : c'est le temps que mettent en moyenne les Français pour se rendre chaque matin au travail, révèle ce lundi une étude publiée par Randstad. Un temps de trajet qui a tendance à s'allonger selon le niveau d'études.
A lire aussi


Les Français mettent en moyenne 23,4 minutes pour se rendre chaque jour sur leur lieu de travail, révèle ce lundi 30 juin une étude. Réalisée en ligne sur 6 000 salariés de 18 à 65 ans par la société d'intérim Randstad, l'étude met aussi en lumière les écarts entre régions et, plus étonnant, entre niveaux d'études : plus les salariés sont diplômés, plus leur temps de trajet a tendance à s'allonger.

33 minutes de trajet en Île-de-France, 17 minutes en Basse-Normandie

35% des personnes ayant répondu au sondage mettent plus de 30 minutes à se rendre au travail. 7% des sondés passent eux plus d'une heure chaque matin dans les transports. Sans surprise, c'est en Île-de-France que les trajets s'avèrent les plus longs pour se rendre au boulot : 33 minutes en moyenne pour un aller simple, et plus de 45 minutes pour un salarié sur trois (32%). Au contraire, les habitants de Basse-Normandie et de Champagne-Ardenne sont ceux qui passent le moins de temps dans les transports : 17 minutes en moyenne.

28 minutes en moyenne pour un Bac +4

Surtout, l'étude de Randstad met en lumière l'incidence du niveau d'études des salariés sur la durée moyenne de leur trajet quotidien : plus ils sont diplômés, plus le temps de trajet s'allonge. En moyenne, les titulaires d'un Bac +4 mettent 28 minutes à rejoindre leur lieu de travail, tandis que les Bac +2 mettent 24 minutes et les détenteurs d'un CAP 19 minutes. Quant aux non-diplômés, il leur faut en moyenne 16 minutes pour se rendre au boulot.

Comment expliquer cette augmentation du temps de trajet en fonction du niveau d'études ? Pour Randstad, ce phénomène est en grande partie dû à la part importante de cadres qui travaillent dans de grandes métropoles - notamment en région parisienne - et qui souvent habitent en banlieue proche.


>> Transports : les 7 épreuves du trajet domicile-travail des salariés <<