Les grandes entreprises toujours en voie de féminisation

Les grandes entreprises toujours en voie de féminisation
Les grandes entreprises toujours en voie de féminisation
L'Observatoire Skema de la féminisation des entreprises a analysé 53 sociétés cotées en Bourse. D'après les résultats, la féminisation est toujours en marche mais peut se faire de quatre façons distinctes, selon l'auteur de l'étude Michel Ferrary.
A lire aussi
Emploi et homosexualité : les grandes entreprises s'engagent contre les discriminations
discrimination
Emploi et homosexualité : les grandes entreprises...

53 sociétés cotées en Bourse ont été analysées par Michel Ferrary, professeur de management des ressources humaines à l'université de Genève et chercheur affilié à Skema business school. Le résultat de l'Observatoire Skema de la féminisation des entreprises indique, pour 2011, quatre types d'évolutions différentes.
Il y a tout d'abord les entreprises féminines qui continuent à se féminiser, où les femmes sont plus nombreuses parmi les salariés et l'encadrement (LVMH, PPR, Société Générale...). Au contraire, certaines entreprises se déféminisent, les femmes n'étant pas attirées par les activités très industrielles et les sociétés qui vont mal (Alcatel, Lafarge, Natixis...). Il y a également les entreprises masculines qui recrutent de plus en plus de managers féminines (Total, Bouygues, Air Liquide).
Enfin, on trouve des entreprises féminines en voie de rééquilibrage, c'est-à-dire qu'elles accueillent de plus en plus de cadres femmes mais le nombre de femmes baisse dans leur effectif global (Sodexo, Casino, Carrefour). « Ces sociétés s'efforcent de féminiser leur encadrement et, parallèlement, elles embauchent de plus en plus d'hommes dans des emplois peu qualifiés, naguère réservés aux femmes », commente Michel Ferrary.
Aujourd'hui, les femmes représentent 45,5% de la population active mais ne représentent que 36% des effectifs des grandes entreprises, signe qu'il reste encore des progrès à faire concernant la parité professionnelle.

(Source : lexpress.fr)

Géraldine Bachmann

VOIR AUSSI

Création d’entreprise : les femmes peuvent aussi entreprendre
Les réseaux féminins, une aide à la création d’entreprise ?

Un label mondial pour évaluer l’égalité homme-femme
Parité en entreprise : une loi et des sanctions à venir