Réseaux féminins : interview de Véronique Morali

Réseaux féminins : interview de Véronique Morali
Réseaux féminins : interview de Véronique Morali
En quelques années, les réseaux féminins ont littéralement explosé. Ils sont aujourd’hui plus de 300 dans toute la France à fédérer des femmes de tous horizons, engagées en faveur de la mixité et de l’égalité des chances. Emblème de cette dynamique au féminin, Véronique Morali, présidente de Fimalac Développement et de Terrafemina, a répondu à nos questions.
A lire aussi
Corrente Rosa : un réseau féminin à l'assaut du sexisme italien
feminisme
Corrente Rosa : un réseau féminin à l'assaut du sexisme...

Terrafemina : Comment expliquez-vous l’essor des réseaux de femmes ?

Véronique Morali : Depuis maintenant quelques années, les réseaux de femmes se sont progressivement multipliés et diversifiés. Cette évolution a été rendue possible grâce à une prise de conscience politique et économique des enjeux liés à la parité. La publication du Rapport Grésy en 2009 et la loi Copé-Zimmermann sur la représentativité des femmes en Conseil d’Administration en sont l’expression et ont créé un appel d’air. Par ailleurs, la situation de sortie de crise de beaucoup d’entreprises a replacé le facteur humain au cœur des stratégies. Dans ce contexte propice, les femmes ont compris qu’elles avaient un rôle majeur à jouer au sein des entreprises et qu’elles devaient elles-mêmes agir pour faire évoluer les inégalités. Le réseau est apparu comme une réponse utile et efficace aux problématiques de mixité et d’égalité professionnelle homme-femme.

TF : Quels sont aujourd’hui les objectifs de ces réseaux ?

V.M. : La nouvelle génération de réseaux de femmes poursuit plusieurs objectifs : la promotion de la mixité et de l’égalité des chances dans l’entreprise, l’évolution des mentalités et des modes de management afin d’accélérer les carrières des femmes. Les réseaux modernes sont des communautés agissantes. Néanmoins, ces réseaux se heurtent encore souvent à un certain scepticisme, de la part d’hommes qui trouvent que « cela va trop loin », mais aussi de la part de femmes qui craignent d’« être cataloguées féministes », et enfin de la part de Directions Générales qui, bien qu’ouvertes, n’ont pas d’attente vis-à-vis du réseau.
Il est ainsi nécessaire de prouver sans relâche l’utilité de ces outils, démontrer qu’ils créent de la valeur ajoutée pour les femmes et pour les entreprises, qu’ils sont ou peuvent être des forces de proposition et des leviers d’action pour l’entreprise. Il faut aussi garder à l’esprit que pour être efficace et s’inscrire dans la durée, ces structures doivent être très professionnelles.

TF : Vous avez fondé le Women Corporate Directors (WCD), de quoi s’agit-il ?

V.M : La vocation du Women Corporate Directors (WCD) est de réunir les femmes dirigeantes d’entreprise et les former à être administratrices. J’ai ouvert à Paris la première antenne de cette organisation dont j’avais rencontré la fondatrice américaine Susan Stautberg. Plus de 500 femmes ont répondu présentes, grâce à la loi Copé-Zimmermann, elles peuvent prétendre et ont envie de devenir administratrices.

TF : La question de l’égalité et de la mixité va être au cœur de la présidentielle de 2012. Quels défis s’imposent aujourd’hui aux réseaux de femmes ?

V.M. : Les réseaux vont être confrontés à plusieurs types de défis pour les années à venir : leur structuration par des outils fédérateurs, interactifs et collaboratifs ; la mesure de leur contribution concrète. Il s’agit de mettre en place des tableaux de bord avec des indicateurs précis qui évaluent l’évolution de la place des femmes, des outils de restitution, un suivi de l’égalité hommes-femmes... Il faut également mesurer la « solidarité entre femmes », déterminer si elles s’approprient et s’épanouissent au sein de ces communautés. Cependant le réseau doit aussi se donner du temps pour évoluer. Il a le droit à l’erreur, aux inflexions, au recentrage dans ses missions et objectifs. L’essentiel est qu’il ne soit pas déceptif pour ses membres afin de poursuivre la dynamique. Surtout, ils devront démontrer leur capacité à démultiplier l’efficience des entreprises.



Véronique Morali


>>> Lire aussi : Les nouveaux réseaux féminins moteurs des entreprises

VOIR AUSSI

Le cercle Interelles : la réussite au féminin
Construire et faire fructifier son réseau
Elles bâtissent le monde numérique de demain
Femmes en politique : la conquête par les réseaux
Les réseaux féminins, une aide à la création d’entreprise ?
Témoignage d’Armelle Carminati, directrice su réseau « Accent sur Elles »

L’INFO DES MEMBRES

MixCity, le réseau actif et engagé des femmes cadres de BNP Paribas