Sales Trader

Sales Trader
Sales Trader

Je suis sales trader chez un courtier en Bourse. C'est-à-dire que j’informe et conseille des clients institutionnels sur les actions européennes. Cela fait 10 ans que j’exerce ce métier. Ce n’est pas vraiment le métier auquel je me destinais étant enfant… je rêvais d’être assistante sociale !

A lire aussi

L’effervescence au quotidien

Mes journées sont toujours différentes, mais se ressemblent par leur durée : je commence à 7h15 et finis vers 18h chaque soir. Je suis en permanence au contact des clients – tous très différents -, c’est un métier très commercial. A certains moments, l’adrénaline monte ! Il faut savoir résister au stress.

Une femme dans un monde d’hommes

J’ai une maîtrise du droit des affaires. Il n’y a pas vraiment de formation spécifique pour être trader. Bien sûr, l’anglais est un pré-requis. Toutes les informations financières sont en anglais. A la suite de ma maîtrise, j’ai fait des stages dans des salles de marché pour avoir des contacts dans le métier. Cela m’a aussi permis de voir la réalité de l’univers de la Bourse… un univers très macho ! Sur le terrain, j’ai beaucoup appris et j’ai acquis un caractère un peu masculin. C’est ce qui me permet d’avancer dans ce milieu d’hommes.
Etre femme peut jouer un rôle positif avec certains clients : on ressort plus facilement du lot. Cependant, qu’il s’agisse de mes collègues ou de mes clients, beaucoup ne me considèrent pas à ma juste valeur. Il faut vraiment savoir s’habituer aux remarques machistes si on veut survivre dans ce milieu. J’ajouterais qu’il y a d’énormes inégalités au niveau des salaires…
Pour réussir, un bon sales trader doit être débrouillard, sociable, rigoureux et avoir des contacts dans le métier. Le carnet d’adresse compte énormément.
« Tout peut s’arrêter demain »
J’ai un bon salaire, 70 000 € brut par an, hors bonus.
Je n’ai pas de plan de carrière. Je suis bien dans la société où je travaille, et je me sens épanouie dans mon métier. Mais je sais aussi que tout peut s’arrêter demain. J’ai déjà été au chômage, mais j’ai pu m’en sortir grâce à mes relations. Comme je l’ai dit, le réseau compte pour beaucoup.

Un équilibre travail-ami(e)s

Le matin, je suis plutôt organisation chronométrée. Je m’habille casual, pas d’obligation de tailleur strict ! La journée passe très vite. Je grignote un sandwich au bureau le midi, mais le soir je sors me détendre avec mes ami(e)s.
Je conjugue assez mal vie personnelle et professionnelle… car je dois me lever très tôt ; et comme j’ai besoin de beaucoup de sommeil, je dois me coucher assez tôt pour être en pleine forme le lendemain.
Alors j’essaie de faire le maximum de choses en sortant du travail. Et puis, pour décompresser des montées d’adrénaline de la journée, j’aménage des moments avec mes amies, ou nous faisons du sport ou des massages.

Infos pratiques

Compétences
Bac + 5 (minimum)

Rémunération
5000 € net / mois + bonus en fin d'année (Source : Lavoixeco.com)
Formation
Ecoles de commerce, HEC, ESSEC, ESCP, DESS/DEA spécialisé sur les marchés financiers, ou des études d’ingénieur.

 
Pour voir le profil de Anne sur la communauté et lui poser vos questions, cliquez ici : /component/comprofiler/profile/annetuet