Portrait : Petrusse l'enchanteuse

Portrait : Petrusse l'enchanteuse
Portrait : Petrusse l'enchanteuse
Bienvenue dans le monde enchanté de Petrusse. Pour ses nouvelles créations de châles et d’étoffes, la styliste hollandaise, débarquée à Bordeaux depuis 15 ans, a trouvé un endroit chic et authentique qui lui ressemble : le château Mauriac. Rencontre.
A lire aussi
"Photo de famille", portrait délicat d'une famille (presque) ordinaire
News essentielles
"Photo de famille", portrait délicat d'une famille...

Dans son ample salle à manger au décor champêtre s’affiche sa devise « Tel un poème ». Ici, règnent une harmonie et un certain art de vivre ; le temps semble s’être figé. Cette ancienne galeriste, amatrice d’objets anciens, crée des collections à son image. Elégants et raffinés, les châles Petrusse sont un savant mélange de couleurs et de douceur.

A l’initiative de ce conte : la belle Hollandaise, à la tête pleine de rêves. Amoureuse des belles choses, Petrusse Reijnen est arrivée en France il y a assez longtemps pour ne garder de son pays que l’accent et les souvenirs. C’est en parcourant le monde et les époques qu'elle a imaginé son petit monde. S’inspirant tour à tour de la nature, de la peinture et de ses découvertes, Petrusse nous entraîne dans un voyage immobile aux multiples facettes. Une imagination sans bornes sublimée par le château qu’elle a choisi pour abriter son atelier. Ancienne demeure aux murs remplis d’histoire, ce lieu est un havre de paix qui a inspiré François Mauriac dans l’écriture de « Genitrix ». La bâtisse murmure et la créatrice écoute ! Ici, elle s’entoure de personnes qui ont su adhérer à son monde féerique, à cet esprit vagabond de la créatrice. « Ce sont toutes mes filles », sourit-elle en pensant aux mannequins, couturières et autres. Une communication unique et totale garantit la cohésion de cette famille un peu particulière.

Ce goût pour l’histoire et le temps qui passe, Petrusse l’exploite sans cesse, que ce soit entre les murs de ce « château d’inspiration », dans les tissus de ses étoles, dans ses souvenirs d’enfance ou dans les musées avec lesquels elle travaille. Elle s’est d’ailleurs inspirée de la célèbre Olympia de Manet pour son étole au nom éponyme qui sort dans sa collection été 2011. Cette étole en soie sauvage est à l’image de la nouvelle collection : gaie, fleurie et aérienne. A cette occasion, Petrusse sort également sa seconde collection « Contines » dédiée aux enfants.

Le site de Petrusse

VOIR AUSSI

Soirée Terrafemina Bordeaux : les femmes artistes à l’honneur
Semaine Digitale : Bordeaux fête le numérique du 21 au 26 mars
« L’esprit des vins » : rencontre avec Emmanuelle Ponsan-Dantin