Emmanuelle Grizot : la tête dans les étoiles…

Emmanuelle Grizot : la tête dans les étoiles…
Emmanuelle Grizot : la tête dans les étoiles…
« Ma passion secrète : le vin… J’aime ce côté mystérieux que l’on retrouve aussi dans la danse ». Emmanuelle Grizot a choisi. Ce fut la danse et elle y a consacré sa vie.
A lire aussi
Le "mobbing" : quand un salarié devient la tête de turc de son équipe
News essentielles
Le "mobbing" : quand un salarié devient la tête de turc...

Accrochée devant les rediffusions télé des grands ballets ou improvisant des mouvements sur les « Quatre Saisons » de Vivaldi, à huit ans déjà, elle était artiste. À douze ans, la voilà déterminée à en faire son métier. Assidue et perfectionniste, Emmanuelle Grizot se plie depuis son plus jeune âge à la rigueur de la danse classique. Chaque jour elle enfile ses chaussons et fait onduler son corps au rythme de la musique qui depuis toutes ces années l’entraîne. « La danse est l’école de l’humilité, à chaque fois on repart à zéro, il faut se remettre en question chaque jour et apprendre à donner de soi » confiera-t-elle.


C’est sa volonté et le soutien de Charles Jude (directeur de ballet au Grand Théâtre de Bordeaux) qui lui ont permis de toucher les étoiles. En 2002, elle est d’ailleurs consacrée Danseuse Etoile du Ballet de Bordeaux. Pas vraiment « bête de concours », Emmanuelle Grizot incarne ses personnages avec une terrible justesse. Quel que soit le rôle, elle se glisse dans son costume et devient Giselle, Juliette ou encore la Belle au Bois Dormant.
Elle a appris des plus grands, a dansé avec les plus prestigieux mais ce petit bout de femme garde la tête sur les épaules. Un peu casse-cou, elle n’hésite pas, en 2008, à se produire sur la piste du cirque Arlette Gruss, dans un numéro équestre. Elle a également revêtu le tutu sur un stade de foot, mais aussi dans un temple en Birmanie, sensible à l’harmonie et au romantisme des paysages. « J’aime danser en plein air même si ce n’est pas toujours facile. J’aime les mises en danger et les prises de risque. J’ai aimé me sentir toute petite à côté du Cheval de Lucien Gruss ».

Avec une carrière plus que bien remplie, Emmanuelle Grizot a décidé de faire ses adieux à la scène, le 5 juillet prochain dans la peau de son personnage préféré : Giselle. « Même si j’arrête, je pense que je danserai toujours dans ma tête, il faut que ça sorte ! » On ne parlera donc pas de fin mais plutôt de « renouveau » comme elle-même le dit, puisqu’elle a la tête pleine de projets. Marraine de l’école de danse de Stéphanie Corne à St-Médard en Jalles depuis huit ans, elle a découvert à travers la pédagogie, une suite possible à sa passion. Après sa participation au Festival Cadence à Arcachon et des projets d’enseignement auprès du ballet de Nice, Emmanuelle Grizot passe de l’autre côté du décor et devient chorégraphe. En ce moment, elle est créatrice du spectacle d’Hansel et Gretel joué pour des enfants, par des danseurs de l’Opéra de Bordeaux, qui aura lieu le 26 avril 2011 au Cuvier de Feydeau, à Artigues. C’est cette volonté de transmettre sa passion qui lui apporte la certitude de vouloir continuer à vivre avec la danse. Et malgré l’arrêt de sa carrière et de son rôle d'interprète des grands classiques, Emmanuelle Grizot acceptera volontiers de remonter sur scène, pour, une fois encore, nous faire rêver.

Nina Jousset

VOIR AUSSI

Découvrez toute l’actualité de Terrafemina Bordeaux

Plus d'actu sur : Les femmes et l'espace : un peu plus près des étoiles

L'astronaute à être restée le plus longtemps dans l'espace est une femme
Ces femmes de la Nasa ont maintenant leur Lego pour inspirer les enfants
A 56 ans, cette astronaute est la femme la plus âgée à s'envoler pour l'espace