Comment perdre le gras derrière les bras sans chirurgie esthétique ?

Comment perdre le gras derrière les bras sans chirurgie esthétique ?
Comment perdre le gras derrière les bras sans chirurgie esthétique ?
Dans cette photo : Michelle Obama
Pour avoir des bras aussi fuselés que Michelle Obama, les Américaines ont de plus en plus recours à la chirurgie esthétique. Car il existe des zones plus favorables que d'autres au stockage du gras, et chez la femme, celle qui se trouve « derrière les bras » en fait partie, au même titre que la fameuse culotte de cheval. Plusieurs leviers permettent heureusement de remédier à ce phénomène hérité de plusieurs siècles d'adaptation génétique, sansavoir recours à un lifting.
A lire aussi
Les petits tétons, la nouvelle obsession de la chirurgie esthétique
News essentielles
Les petits tétons, la nouvelle obsession de la chirurgie...

Quel est le point commun entre Jennifer Aniston et Michelle Obama ? Elles ont des bras fuselés, musclés, galbés... que toutes les Américaines (et nous) jalousent... Mais cette partie de notre anatomie étant difficile à modeler, outre-Atlantique, les chirurgiens esthétiques voient de plus en plus de femmes débarquer dans leur cabinet pour se faire lifter les bras. Pourtant, l'effet chauve-souris n'est pas une fatalité : avec un peu d'huile de coude et de la méthode, on peut sculpter ses triceps en quelques semaines et sans passer par la case bistouri. Suivez le guide. 

Oubliez vos haltères

Pour rappel, le muscle ne consomme pas nécessairement le gras qui se trouve juste à côté de lui… inutile donc de vous astreindre à d’interminables séances d’extension de coude avec des haltères de 500g dans le but de retrouver des bras dessinés et toniques ! De la même manière que vous contenter de travailler vos fessiers assise sur une machine en écartant les jambes pendant des heures en lisant une revue ne vous permettra pas de vous affiner des hanches, il va vous falloir exécuter des mouvements suffisamment complets et intenses pour produire une grande quantité d’hormones appelées catécholamines (adrénaline et noradrénaline). Ce sont en effet ces dernières qui vont être capables d’ordonner aux cellules adipeuses récalcitrantes de libérer la graisse qu’elles contiennent… à condition d’en produire beaucoup !
Pour cela rien de tel que des squats ou des soulevés de terre en salle de musculation, ou encore des sprints ou des sauts si vous souhaitez vous entraîner en extérieur.

Faites des pompes !

Autre exercice capable de provoquer les mêmes effets : les pompes ! Ce geste implique lui aussi une grande partie des muscles du corps mais plus particulièrement ceux qui nous intéressent ici : les triceps. Ainsi vous allez non seulement « taper » dans le gras localisé autour mais vous allez également tonifier les muscles en question, ce qui en fait finalement l’exercice idéal !
Je vous entends d’ici protester et râler contre le fait que l’on vous parle là d’un exercice tout simplement infaisable pour la majorité d’entre vous… rassurez-vous, il est tout à fait possible de l’adapter à vos capacités, de très dur (au sol) à plus facile (contre un mur) en passant par la position que vous privilégierez certainement : les mains posées sur une table. En effet, bien que logiquement moins éprouvante, cette façon de faire n’en demeure pas moins redoutablement efficace, et surtout, elle a le mérite de vous permettre d’en faire, tout simplement !
Mode d’emploi : mettez-vous en position et faites autant de pompes que vous le pouvez sans vous arrêter. Reposez-vous ensuite 1 à 2 minutes puis recommencez. Faites ça 3 fois en tout, au moins 3 fois par semaine.

Éliminez le sucré, pas le gras

Depuis le début, nous n’avons évoqué que le sport et sa capacité à déstocker les graisses rebelles, mais il ne faudrait tout de même pas oublier qu’il serait bien plus simple…de ne pas stocker ! Et c’est là que l’alimentation intervient, car si le sport est effectivement indispensable, il ne l’est que s’il est accompagné de mesures alimentaires visant notamment à fortement limiter sa consommation de sucre car c’est lui, plus que le gras, qui est responsable de la prise de masse grasse, de par la sécrétion d’insuline que sa consommation provoque.

Pour explication (un peu scientifique) : cette hormone favorise à la fois l’entrée du sucre dans les cellules adipeuses, et sa transformation en glycérol qui va se combiner avec des acides gras pour donner des triglycérides, et donc des réserves de gras. Ne consommer que du gras sans sucre rapide ne déclenchera pas ces phénomènes de stockage, au contraire même, puisque manger gras incite le corps à brûler plus de gras !
En revanche, le cocktail classique que l’on retrouve dans notre junk food à base de sucres rapides et de graisse est un cocktail explosif… pour qui souhaite grossir !
Et si en plus, toute activité physique digne de ce nom est absente de votre quotidien, il y a alors de grandes chances pour que s’accumule progressivement une importante quantité de tissu adipeux dans ces fameuses zones rebelles !