Epilation : après Cameron Diaz, American Apparel milite pour le retour au naturel

Epilation : après Cameron Diaz, American Apparel milite pour le retour au naturel
Epilation : après Cameron Diaz, American Apparel milite pour le retour au naturel
Dans cette photo : Cameron Diaz
Après l'actrice Cameron Diaz, c'est au tour d'American Apparel de partir en croisade pour la défense des poils pubiens. Afin de célébrer la « beauté naturelle », la marque de prêt-à-porter exhibe depuis ce jeudi matin, en vitrine de l'un de ses magasins new-yorkais, des mannequins en sous-vêtements au maillot non-épilé.
A lire aussi


Mi-décembre, c'est le visage vierge de maquillage que Cameron Diaz faisait sur Instagram la promotion de son premier ouvrage intitulé The Body Book. Dans cette bible du développement personnel, l'actrice que l'on a pu voir récemment dans Cartel développe des théories très personnelles sur le bien-être. Et parmi les multiples sujets abordés, l'épilation des poils pubiens à laquelle celle qui se pose en coach est farouchement opposée. « Les poils pubiens servent de petits rideaux qui rendent votre sexe un peu mystérieux à quiconque vous convoite. Cela garde votre bien privé, cela incite votre amoureux à venir voir de plus près ce que vous avez à offrir », avance-t-elle. Et de poursuivre : « Dans vingt ans, vous voudrez le montrer à quelqu'un de spécial et ce serait agréable qu'il ou elle l'ouvre comme un cadeau ».

« American Apparel est une entreprise qui célèbre la beauté naturelle »

Une analyse fait sourire mais qui semble avoir convaincu les dirigeants d'American Apparel. Pour preuve, afin de mettre en scène une ligne de sous-vêtements transparents, la marque de prêt-à-porter a exposé en vitrines de l'un de ses magasins new-yorkais, des mannequins au maillot non-épilé, tendance typique des années 70.

>> Epilation du maillot : pour ou contre l'intégrale ? <<

« Cette mise en scène a été créée spécifiquement pour ce magasin. American Apparel est une entreprise qui célèbre la beauté naturelle, et la vitrine spéciale Saint-Valentin du Lower East Side (un quartier de New York, ndlr) est dans la lignée de cet éloge », a expliqué Ryan Holiday, directeur marketing de la marque au site gothamist.com. « Nous l'avons imaginé pour inciter les passants à explorer une nouvelle idée du "sexy" », a-t-il ajouté. Et l'initiative ne passe pas inaperçue. Selon le site américain, les promeneurs, interpellés par ces modèles à la pilosité pubienne très développée, suspendent leur marche devant la vitrine, l'observent de près et, pour beaucoup, la prenne en photo. Signe que la révolution du tout naturel est en marche ?