Amélie Perrault, 15 ans, écrivain polémique

Amélie Perrault, 15 ans, écrivain polémique
Amélie Perrault, 15 ans, écrivain polémique
Dans cette photo : Nicolas Sarkozy
La sortie de son livre a fait du bruit. Dans "Monsieur le Président, J’ai 15 ans et je voudrais vous dire...", Amélie Perrault interpelle le gouvernement. La jeune lycéenne dépeint avec humour et justesse les absurdités de notre société et le désarroi des adolescents. Elle répond aux questions de Terrafemina, en toute simplicité.
A lire aussi

Amélie Perrault n’a pas peur de dire ce qu’elle pense.  Observatrice attentive des grands problèmes de société, elle critique humblement  ce « grand n’importe quoi » au sommet de l’Etat. De la crise économique, aux problèmes environnementaux en passant par la culture, rien n’échappe à l’adolescente.  Un cri de colère mais surtout un appel à l’aide adressé aux responsables politiques.


«  Quand déciderez-vous, Monsieur le Président,
De prendre enfin en main, vous et le gouvernement,
Nos problèmes à nous les actifs de demain ? »

Amélie accompagne humblement ses réflexions de propositions.


Terrafemina : comment as-tu eu l’idée d’écrire un livre?

J’ai eu l’idée d’écrire ce livre en février 2009. J’étais en vacances avec mon père et mes sœurs et on discutait. Je me suis aperçue que beaucoup de gens réfléchissaient à l’avenir et aux générations futures. Je me suis intéressée aux choses de tous les jours, aux problèmes de la vie quotidienne. Ce que j’ai essayé de faire dans mon livre ce sont des réflexions personnelles mais en discutant autour de moi je me suis rendue compte que ce sont des problèmes partagés par tous. C’est important de voir que l’on n’est pas seul.

L’écriture a toujours fait partie de moi. C’est mon mode de communication. C’est quelque chose de spontané, de naturel. C’est un vrai plaisir. J’avais besoin de soutien autour de moi.

Quel regard portes-tu sur la société et sur la jeunesse ?

Ce que je cherchais à montrer dans ce livre, c’est que l’on peut améliorer les petites choses. Les jeunes ne se sentent pas écoutés aujourd’hui. Quand on a quelque chose à dire, on n’est pas pris en compte, on est mis de côté.
Lorsque je pointe du doigt les choses qui ne vont pas, j’essaie aussi d’apporter des réponses. Par exemple, dans le chapitre « Après la confiture, la culture !», je propose les passeports culture. L’Etat mettrait à notre disposition, en début d’année scolaire, un carnet de tickets valables un an avec, par exemple, un ticket « Cinéma », un autre « Exposition », un autre « Concert » etc.  Je ne sais pas si c’est viable financièrement mais ce n’est pas faute de l’avoir proposé !


As-tu eu des réponses de la part de nos responsables politiques ?


Nicolas Sarkozy m’a répondu fin octobre. J’ai eu plein de retours des ministres. Martin Hirsch (le haut-commissaire à la jeunesse) m’a même reçu. Suite à ce rendez-vous je me suis aperçue que c’était un homme comme tout le monde, un être humain.


Quels sont tes projets pour l’avenir ?


Je suis en première S,  je ne sais pas encore ce que j’ai envie de faire plus tard. Mais j’aimerais intégrer des grandes écoles comme HEC, Sciences-Po ou l’ENA. J’espère pouvoir continuer à écrire. C’est une passion dont on ne se sépare pas facilement. Et là je commence à avoir des petits signes de manque ! C’est une telle récompense d’être publiée.
Je n’ai pas de projet pour l’instant, mais quitte à réécrire un livre je préfère changer de cap. Mais il faut que j’en discute autour de moi. L'écriture ets une passion solitaire dans sa conceptualisation mais que l'on peut partager.

Amélie Perrault est élève de première S au lycée Jeanne-d’Albret à Saint-Germain-en-Laye.  Elle est l’auteur du livre, "Monsieur le Président, J’ai 15 ans et je voudrais vous dire…"  paru en septembre 2009 aux éditions Jean –Claude Lattès.

Anaïs Anouilh