Les enfants, « victimes silencieuses » de la crise du logement

Les enfants, « victimes silencieuses » de la crise du logement
Les enfants, « victimes silencieuses » de la crise du logement
Un rapport sur les mal-logés a été rendu aujourd’hui par la Fondation Abbé Pierre. Cette année, elle met l'accent sur la situation des enfants, « victimes collatérales du mal-logement », selon les termes de Raymond Etienne, président de la Fondation.
A lire aussi
Enfin un mannequin féminin pour sauver les victimes de crises cardiaques
News essentielles
Enfin un mannequin féminin pour sauver les victimes de...

Les résultats du rapport sont alarmants. 3,5 millions : c'est le nombre de non-logés ou de mal-logés en France aujourd'hui, parmi lesquels 100 000 sans-abri, 500 000 sans logement personnel, deux millions en situation de surpeuplement ou dans des logements dégradés et 860 000 dans une précarité extrême. Une « situation catastrophique », d’après Christophe Robert, délégué général adjoint de la Fondation Abbé Pierre.

Mais ce qui est vraiment « intolérable », souligne Patrick Doutreligne, délégué général de la fondation, c'est qu'un mal-logé sur six a moins de 18 ans ; dans l’Hexagone, 600 000 enfants souffrent directement des difficultés liées au logement, et les conséquences peuvent être graves. 80 000 enfants sont victimes de saturnisme, « la maladie du pauvre » comme la surnomme Patrick Doutreligne, car c’est une intoxication due au plomb, que l’on retrouve souvent dans les peintures des logements vétustes. D’autres enfants mal-logés souffrent « d’infections respiratoires, de problèmes de sommeil ou d'alimentation ».

« En procédant à un inventaire des situations de mal-logement, on mesure à quel point le logement est devenu la pierre angulaire de la pauvreté et se trouve de ce fait, à l'origine de bon nombre d'entraves au développement et à l'autonomie future de l'enfant », souligne le rapport.

Pour lutter contre le mal-logement, la Fondation Abbé Pierre fait plusieurs propositions. Il faudrait notamment « imposer dans tout programme immobilier de plus de 10 logements un quota minimum de 30% de logements à loyers accessibles ». La taxe sur les logements vacants devrait être généralisée, et inciterait ainsi les propriétaires à louer leurs logements disponibles. Autre mesure : encadrer la hausse des loyers en la limitant en cas de changement de locataire.

Pour 2010, la Fondation Abbé Pierre suggère également une hausse de 12% du montant des aides personnelles au logement et l'attribution d'un « chèque énergie » aux ménages les plus modestes. Autre réclamation : « la suspension des expulsions locatives des personnes de bonne foi » jusqu'à la fin de l'année.

Laura Jeanneau