DOM-TOM : pourquoi les produits laitiers et les sodas contiennent plus de sucre ?

DOM-TOM : pourquoi les produits laitiers et les sodas contiennent plus de sucre ?
DOM-TOM : pourquoi les produits laitiers et les sodas contiennent plus de sucre ?
Ce mercredi, un projet de loi a été voté pour réduire la quantité de sucre dans les produits laitiers et les sodas en outre-mer, bien plus élevée qu'en métropole. Comment explique-t-on que ces produits soient plus sucrés que leurs équivalents en métropole ? Explications.
A lire aussi


Ce mercredi, l'Assemblée nationale a voté, en première lecture, un projet de loi visant à réduire la quantité de sucre dans les produits laitiers et les sodas dans les DOM-TOM. En effet, la teneur en sucre de ces produits serait bien plus élevée que pour leurs équivalents en métropole. Un yaourt Danone vendu en Martinique contient 50,77% de sucre en plus qu'en métropole. Or, cette surdose de sucre pose des problèmes majeurs, ceux du surpoids et de l'obésité, bien plus élevés que dans l'Hexagone. D'après une étude rendue publique en 2011, 23% des enfants résidant dans les départements d'outre-mer sont touchés par l'obésité ou le surpoids contre 16% en métropole. Même écart alarmant pour les adultes.

Certains facteurs historiques expliqueraient ces doses excessives de sucre. Les DOM-TOM sont avant tout des terres de production en sucre depuis des siècles, une spécificité qui renforce la consommation de ce type de produit, explique le
sociologue des pratiques alimentaires Jean-Louis Lambert dans Le Plus du Nouvel Observateur. « On nous a très certainement conditionnés à aimer le sucré, et dès le plus jeune âge », souligne la députée socialiste de Guadeloupe Hélène Vainqueur-Christophe. Les producteurs locaux, artisans puis industriels, auraient par la suite adapté leur production aux sensibilités locales.

Les populations récemment sorties du seuil de pauvreté auraient, de plus, tendance à consommer davantage dès qu'elles ont les moyens financiers suffisants pour se nourrir. Ce qui explique un consommation supérieure dans les DOM-TOM, ajoute
Jean-Louis Lambert.


Alice Bidet


VOIR AUSSI

Les enfants qui mangent gras et sucré sont-ils plus bêtes ?
Equilibre alimentaire : « L'idée n'est pas de stigmatiser tel ou tel produit »
Obésité infantile : le comportement alimentaire n'explique pas tout