Food Photo : une dangereuse obsession pour la nourriture sur les réseaux sociaux ?

Food Photo : une dangereuse obsession pour la nourriture sur les réseaux sociaux ?
Food Photo : une dangereuse obsession pour la nourriture sur les réseaux sociaux ?
Les adeptes de plus en plus nombreux d’Instagram, qui ne peuvent pas s’empêcher de publier des photos de tous les mets qu’ils avalent, seraient-il des obsédés compulsifs de la nourriture ? Ont-ils tendance à prendre plus de poids que les autres ? Possible, quelques médecins commencent à donner l’alerte.  Explications.
A lire aussi
Voilà pourquoi ce grain de beauté affole les réseaux sociaux
News essentielles
Voilà pourquoi ce grain de beauté affole les réseaux...


Le succès populaire des réseaux sociaux a déclenché il y a déjà quelques années une tendance nouvelle chez les adeptes de nourriture : les clichés de nourriture
, cette manie de publier une photo de son assiette deux à trois fois par jour sur Facebook, Pinterest, twitter ou Instagram. Sur le site du Huffington Post américain, on parle de foodstagramming, tant le mouvement semble avoir pris de l’ampleur sur le réseau de partage d’images.

Une pratique qui vire à l'obsession

Pourtant cette drôle de marotte ne serait pas sans conséquences, si l’on en croit le Dr Valérie Taylor, chef de psychiatrie au sein de l’Hôpital Universitaire de Toronto, qui avance que le fait de communiquer en permanence sur ses repas pouvait être le signe de problèmes nutritionnels. Elle s’explique dans les colonnes du Huffington Post : « Je vois des patients pour lesquels le rapport à la nourriture est devenu problématique, et ils luttent pour s’en sortir et pour ne pas faire de la nourriture l’élément central de leur vie sociale : ce qu’ils mangent, quand ils mangent, quand ils vont manger la prochaine fois…» Ainsi le Dr Taylor estime que dans certains cas, partager des photos de nourriture sur les réseaux sociaux peut virer à l’obsession et à l’exclusion de tout le reste. « Le problème c’est lorsque ils finissent par ne faire que ça », dit-elle. « Nous prenons des photos des choses et des êtres qui sont importants pour nous, et pour certaines personnes, la nourriture elle-même devient centrale et le reste, comme le lieu, la compagnie et le reste, devient secondaire ».

« Pornographie alimentaire »

Aux États-Unis, la mode de la photo alimentaire avait déjà fait l’objet d’un débat virulent dans l'émission de télévision du « Dr. Oz », en octobre 2012. L’animateur charismatique avait alors lâché le terme de « pornographie alimentaire », pour désigner cette déferlante d’images de nourriture : « le porno alimentaire excite votre appétit d’une manière que vous n’imaginez pas, vous autorisant à baver après l’orgasme de la bouchée parfaite », avait-il déclaré, estimant que cette pratique ne faisait qu’ « engraisser » encore un peu plus la société américaine, qui compte plus de 33% d’adultes en surpoids.

VOIR AUSSI

Food trucks : la gastronomie prend ses quartiers dans la rue
Cuisson au micro-ondes : les aliments conservent-ils leurs qualités nutritionnelles ?
5 astuces pour une cuisine simple, rapide et équilibrée
Carence en vitamines D : comment l’éviter ?

Dans l'actu