Cancer du sein : l'obésité accroît le risque de nouvelle tumeur

Cancer du sein : l'obésité accroît le risque de nouvelle tumeur
Cancer du sein : l'obésité accroît le risque de nouvelle tumeur
La surcharge pondérale chez les femmes ayant eu un cancer du sein entre désormais dans les facteurs de risque pour qu'elles en déclarent un autre qui n'est pas une récidive du 1er. Ce résultat obtenu lors d'une étude franco-britannique confirme l'importance de la prévention du surpoids.
A lire aussi
Elles ont créé des cosmétiques pour les femmes atteintes d'un cancer du sein
News essentielles
Elles ont créé des cosmétiques pour les femmes atteintes...


Entre 37 et 40% de risque en plus de développer un 2nd cancer du sein quand la femme est en surpoids lors du diagnostic du 1er. C’est la conclusion principale d’une étude franco-britannique, parue dans la revue médicale Breast Cancer Research and Treatment. Ces recherches qui s’appuient sur des analyses par catégorie d’indice de masse corporelle (IMC soit le poids divisé par la taille au carré) concluent également que les femmes obèses lors de l’apparition d’un 1er cancer du sein ont en moyenne 96% de risque en plus de développer un 2nd cancer primaire de l’endomètre et 89% un cancer colorectal.

Alors que le cancer du sein est le plus répandu chez les femmes, 53 000 nouveaux cas ont été détectés en France en 2011 sur une population qui comporte 27 à 32% de personnes en surcharge pondérale et 9 à 17% d’obèses. Or cette composante s’ajoute maintenant à la radiothérapie, aux prédispositions génétiques et au jeune âge lors du diagnostic dans les facteurs de risque identifiés pour développer un 2nd cancer primaire. De quoi relancer les politiques de prévention des surcharges pondérales assure Paule Latino-Martel, coordinatrice de l’étude à l‘Unité de recherche en épidémiologie nutritionnelle (Uren) : « il faut appeler à une prise en charge en amont des problèmes de surpoids, pour favoriser une alimentation diversifiée, ou rééquilibrée, et une activité physique régulière. Mais nous intégrons aussi dans nos travaux, outre la prévention, les aspects cliniques de prise en charge et la recherche fondamentale. »

Laure Gamaury

Source : lefigaro.fr
Crédit photo : Polka Dot

VOIR AUSSI

Obésité infantile : le comportement alimentaire n'explique pas tout
Christine Janin accompagne les femmes dans l'après cancer du sein
Cancer du sein : le travail de nuit incriminé
Cancer du sein : l'efficacité des mammographies de dépistage mise en cause