Médicaments : un guide des 1 000 produits utiles contre la surconsommation

Médicaments : un guide des 1 000 produits utiles contre la surconsommation
Médicaments : un guide des 1 000 produits utiles contre la surconsommation
Avec 4 000 produits sur le marché, la France est championne de la surconsommation de médicaments. Cinq professeurs de médecine proposent de diviser par quatre le nombre de références, et de lister dans un livre blanc les 1 000 médicaments utiles en indiquant leurs risques et leurs bénéfices.
A lire aussi
Ces hommes marchent en talons contre les violences faites aux femmes
News essentielles
Ces hommes marchent en talons contre les violences faites...


Cinq médecins français partent en guerre contre la surconsommation de médicaments. Jean-François Bergmann, Alain Gaudric, Eric Thervet, François Chast et André Grimaldi veulent « réformer la politique du médicament » : ils estiment qu’on pourrait facilement « diviser leur nombre par quatre, passant de 4 000 à 1 000 médicaments », comme ils le déclarent dans une interview parue dans le JDD du 7 octobre.

Médicaments trop nombreux

Ils ont dans l’idée de créer un répertoire national des médicaments, « recensant les 600 à 1 000 médicaments vraiment utiles ». Le collectif rebondit sur le succès d’un autre guide qui cartonne en librairie : le « Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux ». Selon le professeur Jean-François Bergmann, cet ouvrage « s’appuie sur un constat juste : les médecins prescrivent trop de médicaments, les Français en consomment trop. Mais ce livre, truffé d'erreurs, ne peut pas être considéré comme un guide d'information objectif ». D’où le projet d’un livre blanc officiel « pour aider les médecins à prescrire mieux et moins et éclairer le grand public ». Un tel guide existe déjà en Grande-Bretagne et en Belgique.

Médicaments trop chers

Le coût des médicaments est également dans la ligne de mire du club des cinq. Dans leur appel intitulé « Pour une autre politique du médicament », les médecins dénoncent la non-transparence de la politique du prix des médicaments. Les génériques en France seraient notamment beaucoup plus chers que sur le marché européen, et l’on prescrirait trop souvent des « médicaments nouveaux et plus chers à la place de médicaments déjà disponibles, moins chers et aussi efficaces ». Selon une estimation de l’eurodéputée et membre de la Commission Santé et Environnement Michèle Rivasi, l’Assurance maladie pourrait ainsi économiser la bagatelle de 10 milliards d’euros.

Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

Médicaments sous surveillance : le dossier de la rédaction
Médicaments dangereux : la liste des 77 publiée par l’Afssaps
Pilule 3e génération : l'ANSM rassure les utilisatrices de longue durée
Faut-il rembourser les médecines alternatives ?