Charlotte Casiraghi : au bord de la crise de nerfs à cause des paparazzi ?

Charlotte Casiraghi : au bord de la crise de nerfs à cause des paparazzi ?
Charlotte Casiraghi : au bord de la crise de nerfs à cause des paparazzi ?
Dans cette photo : Charlotte Casiraghi
Moins de trois semaines après avoir donné naissance au petit Raphaël, Charlotte Casiraghi serait au bord de la crise de nerfs. La raison ? La horde de paparazzi qui cherche à obtenir par tous les moyens des photos de Raphaël et ne laisse aucun répit à la princesse…
A lire aussi


Entre Charlotte Casiraghi, Gad Elmaleh et les paparazzi, la guerre est déclarée. Alors qu'ils devraient célébrer dans la quiétude l'arrivée de leur premier enfant, les jeunes parents voient leur bonheur gâché par la présence constante des paparazzi à leur porte, rapporte le chroniqueur royal Patrick Weber pour le site RTL.be.

La princesse, qui a accouché le 17 décembre dernier d'un petit Raphaël, fruit de ses amours avec le comédien Gad Elmaleh, est d'ailleurs particulièrement remontée contre la presse people, qui, depuis sa sortie de la maternité, ne lui laisse pas une seconde de répit et fait tout pour obtenir les premiers clichés exclusifs du bébé princier.

Contrairement à Kate Middleton qui a présenté baby George aux médias et aux Britanniques dès le jour de sa venue au monde, Charlotte Casiraghi a décidé de jouer la carte de la discrétion. Au programme : ni clichés de Raphaël dans Paris Match, ni présentation officielle sur le Rocher. C'est d'ailleurs en catimini qu'elle avait quitté la maternité avec son fils quelques jours après son accouchement. La princesse compte préserver son bébé le plus longtemps possible de toute cette agitation médiatique. Et si cela semble être la meilleure décision possible pour le moment, c'est sans compter sur les paparazzi, qui ne semblent pas vouloir laisser le petit Raphaël vivre ses premiers instants dans l'intimité. Charlotte parviendra-t-elle à empêcher les photographes people de mitrailler de flashs son fils et de vendre pour des milliers d'euros les clichés à la presse ? Affaire à suivre…