Un homme tué par son slip : qu’est-ce l’atomic wedgie ?

Un homme tué par son slip : qu’est-ce l’atomic wedgie ?
Un homme tué par son slip : qu’est-ce l’atomic wedgie ?
L’ex-marine américain Brad Davis, 33 ans, a tué son beau-père Denver Lee St. Clair en l’étouffant avec son propre slip. Le 21 décembre dernier, l’homme était retrouvé chez lui, à McLoud dans l’Oklahoma, avec également un traumatisme crânien. Il aurait insulté Tressia, sa femme et mère de Brad.
A lire aussi


« Je n'avais jamais vu ça de ma vie. L'homme avait la bande élastique de son sous-vêtement autour du cou », a expliqué le shérif Mike Booth à la presse. Alors que les deux hommes avaient passé toute la soirée à boire, le ton serait soudainement monté après que Denver St. Clair ait diffamé Tressia St. Clair, son ex-femme. En effet, cette dernière avait déjà imposé une ordonnance restrictive à son mari en 2008, après qu’il l’ait attrapée par le col et jetée contre le sol de la salle de bain. Elle avait également demandé le divorce en 2004, 2010 et 2013, sans jamais l’obtenir. Selon son fils Davis, Denver lui aurait « sauté dessus » pendant l’altercation et l’aurait obligé à un geste de « self-defense ». A savoir, lui remonter son propre slip sur la tête, un geste également qualifié d’« atomic wedgie » dans les cours de récré. Mais la justice conteste cette interprétation, et a qualifié l’affaire en homicide. En effet, elle a annoncé avoir découvert un SMS de l’ex-marine accréditant la thèse de la préméditation. Il a depuis été écroué.

Un « jeu du foulard » sous la ceinture

Le jeu du « wedgie » (de l’anglais To wedge : « coincer »), consiste à tirer d’un seul coup sur les sous-vêtements de sa victime pour les coincer plus haut. Il est également possible de les tirer vers le bas, ou dans le sillon interfessier. Malgré le bonheur qu’elle semble procurer à certain de ses pratiquants, cette mauvaise blague peut causer des lésions graves aux testicules ou au scrotum, nécessitant parfois une intervention chirurgicale. Fréquemment dépeint dans la sous-culture américaine, le wedgie y symbolise très souvent le harcèlement et le bizutage scolaire. Egalement répandu dans certains cercles sadomasochistes, il comporte de nombreuses variantes, comme le « hanging wedgie » (pendaison par les sous-vêtements). On trouve également le « luigi » belge, qui nécessite la destruction du sous-vêtement, ou encore le « melvin », qui consiste à tirer par devant (très dangereux). En 2007, deux jumeaux de 8 ans avaient été jusqu’à mettre au point du linge « wedgie-proof ». Jusqu’à la prochaine torture ?

VOIR AUSSI

« Le bizutage est contraire aux Droits de l'Homme »
Slip antipets, soutif 'cave à vin' : les dessous high tech les plus débiles au monde
Viol de pompiers : un numéro vert pour témoigner