Hollande-Trierweiler: réactions politiques à la rupture du couple présidentiel

Hollande-Trierweiler: réactions politiques à la rupture du couple présidentiel
Hollande-Trierweiler: réactions politiques à la rupture du couple présidentiel
Dans cette photo : François Hollande
C’est officiel, François Hollande et Valérie Trierweiler ne sont plus ensemble depuis hier. La rupture du couple présidentiel a provoqué de nombreuses réactions ce dimanche 26 janvier, dans les matinales, les journaux ou sur les réseaux sociaux.
A lire aussi

La fin d'un psychodrame élyséen. La séparation du couple Hollande Trierweiler hier a été depuis copieusement commentée… jusque par les intéressés eux-mêmes. Ainsi apprend-t-on que le chef de l’Etat avait accordé une interview au Time britannique quelques heures avant sa rupture. Ou que Valérie Trierweiler est « en bon termes » avec son ex-compagnon. Les soutiens du président et de l'ex-première dame font bloc, tandis que l’opposition tente des parallèles hasardeux avec les mesures contre lesquelles ils se sont mobilisés avec vigueur (comme le mariage pour tous).

>> Lire aussi: Qui est Denis Trierweiler, l'ex-mari de la première dame ? <<

Pour François Hollande, au Time, la vie privée est « à certains moments un défi »

C’est peut-être la réaction la plus surprenante dans cette affaire. Quelques heures avant l’annonce officielle de sa rupture avec Valérie Trierweiler, François Hollande s’est confié aux journalistes du magazine britannique Time. Dans un article intitulé « Hollande talks before split », que l’on pourrait traduire par « Hollande s’exprime avant la rupture », le chef de l’Etat confesse que sa vie privée lui pose parfois quelques soucis. « La vie privée est toujours, à certains moments, un défi […] c’est pour cela qu’elle doit être respectée », y explique le président de la République. Et de rappeler que sa fonction l'oblige à certains « devoirs » et « obligations ». On connaît la suite quelques heures plus tard.

Valérie Trierweiler part « en bon termes » avec François Hollande

Sur le départ, l’ex-première dame a tenu à remercier l’ensemble du personnel de l’Elysée. Le journal le Parisien donne un éclairage sur les coulisses de cette séparation. Valérie Trierweiler y explique que son dîner de jeudi, avec François Hollande, qui devait préparer les modalités de leur séparation « s’est bien passé » et qu’elle est aujourd’hui « en bons termes » avec celui qui partageait sa vie depuis 2007.

« Une décision nécessaire », selon Michel Sapin

Michel Sapin était l’invité ce matin du « Grand Rendez-vous » Europe 1 /iTélé / le Monde. Il a commenté la rupture de François Hollande et Valérie Trierweiler en ces termes: « c’était une décision qui était nécessaire ». Et de tempérer son intrusion dans la vie privée du chef de l’Etat: « ne donnons pas au-delà de la curiosité, c’est-à-dire le voyeurisme ». Selon le ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, « cet évènement a été l'occasion de constater qu'il n'existait pas de statut de première dame ». Et d’insister: « dans un couple, chacun a sa vie, a son statut de par lui-même et pas de par l'autre ».

Georges Fenech (UMP) parle de « répudiation »

Le député UMP de Rhône Alpes Georges Fenech s’était plusieurs fois exprimé sur les vicissitudes du couple présidentiel depuis les révélations du magazine Closer. Celui qui avait notamment déclaré que « la question de la démission de François Hollande doit être posée, avant que les valeurs qui fondent une nation ne soient définitivement détruites », parle dans un communiqué de « répudiation » à propos de la rupture du couple présidentiel. Et d’enfoncer le clou: « l’annonce unilatérale, par le Président de la République, de sa séparation s'apparente à une répudiation qui n'honore pas la fonction présidentielle et porte atteinte à la dignité de toutes les femmes ».

>> Lire aussi: Valérie Trierweiler était la première dame la moins aimée des Français <<

Pour Nadine Morano, François Hollande « a fait le mariage pour tous mais pas pour lui »

Invitée du 12/13 sur France 3, Nadine Morano s’est elle aussi exprimée sur la séparation du couple présidentiel, réalisant au passage un parallèle douteux entre la situation de François Hollande et le mariage pour tous: « Hollande n'a pas fait le mariage pour tous pour lui, car il n'était même pas engagé avec la mère de ses enfants ! ».

Ils sont pressés de tourner la page

Plusieurs voix se sont élevées, enfin, pour faire remarquer que la rupture du couple présidentiel allait permettre de clore définitivement ce feuilleton politico-médiatique et sentimental qui secoue l’Elysée depuis maintenant plus de deux semaines. Une situation assez bien résumée par le député Thierry Mariani dans un tweet: