« Buy Nothing Day », une tradition à adopter ?

« Buy Nothing Day », une tradition à adopter ?
« Buy Nothing Day », une tradition à adopter ?
Déjà convertie à Halloween, la France pourrait-elle emprunter aux Anglo-Saxons une autre de ses fêtes, aux antipodes cette fois de l’hyperconsommation ?
A lire aussi

Le « Buy Nothing Day » a lieu tous les ans au lendemain de Thanksgiving, c’est-à-dire tous les 27 novembre aux Etats-Unis et 28 novembre au Royaume-Uni. 

Imaginée en 1991 par Ted Dave, un Américain lassé de dépenser 20 dollars par semaine pour des choses inutiles, et relayée par des militants anti-pub, cette journée incarne en quelque sorte un coup de gueule contre le « Black Friday ». Rien à voir avec l’effondrement des cours de Wall Street. On appelle « vendredi noir » le jour du coup d’envoi des achats de Noël.

Histoire de sensibiliser le plus grand nombre à l’impact de la surconsommation sur notre planète, les partisans du «Buy Nothing Day » ne sortiront donc pas leur carte bleue,  et choisiront des activités de plein air en famille ou entre amis. Certains laisseront même leur voiture au garage et se passeront d’électricité…

Avec pour slogan «  Shop less, Live more », des sites internet jouent les coachs pour inciter à boycotter les magasins le temps d’un journée : « Posez-vous les bonnes questions : Est-ce que j’en ai vraiment besoin ? Combien j’en ai déjà ? Cela va-t-il m’être utile ? »

Des groupes Facebook se sont créés, mais la journée sans achats n’a pas encore convaincu les Français. Et vous, seriez-vous prête à laisser refroidir votre CB pendant 24 h ?


PLus d'articles Labo d'idées...

Dans l'actu