Mariage pour tous : ils ont dit oui, mais...

Mariage pour tous : ils ont dit oui, mais...
Mariage pour tous : ils ont dit oui, mais...
Sous les applaudissements, le texte sur le mariage pour tous a été voté cet après-midi par les députés, avec 329 voix « pour ». Un moment historique, que l'on peut savourer comme il se doit, sans pour autant oublier que cette étape franchie, d'autres sont à venir et pas les moindres. PMA, GPA, filiation : si l'heure est à la noce, n'oublions pas que ce débat dépasse largement les frontières du couple homosexuel et posera autant de questions épineuses dans les mois qui viennent. Le casse-tête ne fait que commencer.
A lire aussi
Andy, dis-moi oui ! : le festival du mariage pour les amoureux modernes
Mag
Andy, dis-moi oui ! : le festival du mariage pour les...


C'est fait. Après plusieurs mois d'annonces, de débats, de manifestations, le texte de loi instituant le mariage et l'adoption pour les couples de même sexe a été voté. Si le suspense n'avait pas lieu d'être, si le « Oui » au mariage gay était attendu avec certitude, la fierté et la joie n'en sont pas moindres dans les rangs des socialistes et des partisans du mariage gay. Une étape nouvelle dans l'égalité, une étape nouvelle dans la reconnaissance des couples homosexuels, une étape nouvelle dans la fin d'une discrimination liée à la sexualité : le vote de ce texte historique a donné lieu à l'émotion et à la ferveur des grands moments. L'heure est à la noce pour les couples homosexuels, et, même si le texte de loi doit désormais être examiné par le Sénat, on pense déjà aux premières célébrations qui viendront rythmer l'année 2013.

« Liberté égalité fraternité, rien de plus rien de moins », concluait la socialiste Corinne Narassiguin lors de son intervention dans l'Hémicycle ce mardi. Mais maintenant que cette lutte de haute volée a été remportée, s'ouvre un tout autre round. Car si le mariage pour tous a réussi à remporter la quasi-unanimité dans la majorité et à rallier à lui quelques voix de l'opposition, c'est une autre paire de manches qui attend le gouvernement dans les mois qui viennent. En effet, depuis quelques semaines déjà, nombreuses sont les voix à s'être élevées contre l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à tous et dans son prolongement contre la possibilité de légaliser la gestation pour autrui (GPA). Des sujets qui divisent, bien au-delà des clivages politiques habituels, et qui promettent un véritable casse-tête pour le gouvernement, qui doit jongler avec des détracteurs jusque dans son propre camp.

En reconnaissant l'existence des familles homoparentales et en leur accordant les mêmes droits qu'aux familles hétérosexuelles, le texte de loi marque une belle et indispensable avancée. Mais s'engouffre au passage dans une faille qui dépasse largement les frontières du couple homosexuel : PMA, GPA, filiation, droit à l'enfant… Autant de questions épineuses, qui promettent des discussions houleuses, et face auxquelles on ne peut qu'espérer que conviction contre conviction, avec sérénité et ouverture, les débats annoncés des prochains mois se déroulent dans un souci d'évolution dans le bon sens. Le juste sens.

Plus d'actu sur : Mariage gay

Taubira traitée de "guenon" : la Manif pour tous va remanier sa charte d'action
Adoption pleinière : la première famille avec deux mamans est née
La Manif pour tous en guerre contre la théorie du genre