L'exécution de Sakineh repousée

L'exécution de Sakineh repousée
L'exécution de Sakineh repousée
Condamnée à mort par lapidation, l'Iranienne Sakineh Mohammadi-Ashtiani est toujours en vie et ne devrait pas être exécutée ce mercredi, contrairement à ce que craignaient ses soutiens. Hier, l'inquiétude avait en effet été ravivée par des informations reçues de sources iraniennes par le Comité international contre la lapidation.
A lire aussi
Sakineh aurait « une bonne chance » d’échapper à la lapidation
iran
Sakineh aurait « une bonne chance » d’échapper à la...

Elle est toujours en vie ! Sakineh Mohammadi-Ashtiania a gagné quelques jours de répit. Alors que le Comité international contre la lapidation annonçait hier sa possible exécution pour ce mercredi, il n’en a finalement rien été. « Sakineh Mohammadi-Ashtiani n'a pas été exécutée aujourd'hui. L'heure des exécutions est maintenant passée, ce n'est donc pas pour aujourd'hui », a précisé Mina Ahadi, porte-parole du Comité international contre la lapidation. Mais le danger perdure et cela peut arriver à tout moment », a-t-elle poursuivi.

Cette Iranienne de 43 ans a été condamnée, par la justice de son pays, à dix ans de prison pour avoir participé au meurtre de son mari, ainsi qu'à la lapidation à mort pour plusieurs adultères. Mardi, l’annonce de son exécution imminente avait ravivé l’inquiétude et la mobilisation de la communauté internationale. Mais pour le philosophe Bernard-Henry Lévy, profondément engagé dans la lutte pour la libération de la mère de famille, le combat doit se poursuivre. « L’objectif n’est évidemment pas un sursis, mais la grâce pour Sakineh », a-t-il précisé sur le site Internet de sa revue La Règle du Jeu.

Marie-Laure Makouke

 

ALLER PLUS LOIN :

Nouvelle manifestation pour Sakineh à Paris

Témoignage : Ces femmes qui résistent en Iran

Une semaine contre la peine de mort