Pakistan : la peine de mort pour avoir dansé à un mariage

Pakistan : la peine de mort pour avoir dansé à un mariage
Pakistan : la peine de mort pour avoir dansé à un mariage
Les autorités religieuses du Pakistan ont condamné à mort quatre femmes et deux hommes pour avoir chanté et dansé lors d'un mariage. En effet, les lois tribales, très sévères avec les femmes, interdisent fermement les rencontres entre hommes et femmes lors d'un mariage.
A lire aussi
Mariage gay : les anti misent sur les enfants et les monuments aux morts
mariage gay
Mariage gay : les anti misent sur les enfants et les...


Quatre femmes et deux hommes ont été condamnés à mort dans le nord du Pakistan pour avoir chanté et dansé lors d’un mariage, a informé lundi la police. Cette punition, mise en œuvre par les autorités religieuses, est soutenue par un décret ; ce dernier a été publié après avoir pris connaissance d’une vidéo filmée par un téléphone portable, où six personnes s’amusent et dansent à un mariage célébré dans un village de la région montagneuse du Kohistan, à 176 kilomètres d’Islamabad.

En effet, les lois tribales sont très sévères à ce sujet, et interdisent fermement que les femmes et les hommes soient mêlés pendant les mariages. La vidéo aurait pour origine une dispute entre deux tribus ; d’après un policier du district, il n’y aurait aucune preuve que ces femmes aient côtoyé les hommes, et elles ont pu être victimes d’un montage vidéo pour diffamer la tribu. La même source a assuré que les hommes, qui auraient du être tués d’abord, se sont enfuis, tandis que les femmes sont en sécurité pour l’instant. Malheureusement, ce n’est pas la première fois que le Pakistan crée la polémique autour de ce sujet. En 2011, au moins 943 femmes et filles ont été tuées pour avoir dégradé l’honneur de leur famille, selon la Commission des droits de l’Homme au Pakistan.


Alexandra Gil

(Source : lemonde.fr )
Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

« Blasphème » : témoignage d'Asia Bibi, condamnée à mort au Pakistan
Assassinat d'un journaliste pakistanais après une enquête sur Al-Qaïda
Blogueuses orientales : la liberté à tout prix