Aisha Mohammadzai dévoile son nouveau nez après sa mutilation

Aisha Mohammadzai dévoile son nouveau nez après sa mutilation
Aisha Mohammadzai dévoile son nouveau nez après sa mutilation
En 2009, pour avoir osé s'enfuir, la jeune Afghane Aisha Mohammadzai est mutilée par son mari qui lui coupe le nez et les oreilles. Un an plus tard, elle pose à la Une du magazine Time complètement défigurée. Aujourd'hui, elle témoigne de son calvaire à la télévision britannique. Montrant son nouveau visage, elle souhaite délivrer un message d'espoir aux femmes victimes de violences.
A lire aussi
PMA, congélation des ovocytes... Willy Pasini décrypte les nouveaux moyens de faire un bébé
News essentielles
PMA, congélation des ovocytes... Willy Pasini décrypte...


Mutilée par son mari en 2009, Aisha Mohammadzai, une Afghane d’une vingtaine d’années, mariée de force à 12 ans, présente son nouveau visage avec un nez reconstruit dans le documentaire « Le visage de la terreur talibane », proposé par la chaîne de télévision britannique ITV le 26 février. Après le drame, la jeune femme avait fait la Une du Time Magazine (numéro d'août 2010) aux États-Unis.

Le nez et les oreilles tranchés

Pour s’acquitter d'une « dette de sang », les parents d’Aisha Mohammdzai la marient de force à un homme plus âgé, proche du mouvement taliban : « J'étais quotidiennement abusée, aussi bien moralement que physiquement, par mon mari et sa famille. Le jour où c'est devenu insupportable, j'ai pris la fuite », explique-t-elle dans le documentaire, « Ils m'ont rattrapée et j'ai été emprisonnée pendant cinq mois ». Le tribunal décide alors de la renvoyer chez son mari qui lui promet qu'en guise de châtiment, elle aurait le nez et les oreilles tranchés. Une punition dont il se charge lui-même tandis que son frère la tient solidement. En sang, elle est laissée sur le sol. Répudiée, elle parvient à obtenir de l’aide dans un hôpital américain alors que ses proches lui ont fermé leur porte. Elle y séjourne deux mois avant de trouver refuge dans un centre pour femmes battues dans un lieu secret de Kaboul.

Un long processus de reconstruction

Elle est ensuite transférée aux États-Unis en août 2010 pour subir une longue reconstruction faciale. Elle est hébergée par sa nouvelle famille afghane dans le Maryland. Traumatisée, la jeune femme a subi plusieurs opérations douloureuses pour obtenir un nouveau visage. Elle a aussi dû se reconstruire psychologiquement et apprendre à aimer son nouveau reflet dans le miroir. Un processus compliqué selon CNN, qui révèle qu’au début du processus chirurgical, elle faisait des crises et se frappait. Aujourd'hui, la jeune Afghane est apaisée, en paix avec son nouveau nez et souhaite délivrer à toutes les femmes victimes de violence, un message d’espoir.

VOIR AUSSI

Afghanistan : une militante des droits des femmes tuée par balle
Afghanistan : une femme violée contrainte d'épouser son agresseur
Afghanistan : la députée féministe Fawzia Koofi publie « Lettres à mes filles »
Malala Yousafzai transférée du Pakistan en Grande-Bretagne pour être soignée