Femen Tunisie : l'action des trois militantes dessert-elle la cause d'Amina ?

Femen Tunisie : l'action des trois militantes dessert-elle la cause d'Amina ?
Femen Tunisie : l'action des trois militantes dessert-elle la cause d'Amina ?
Les trois Femen européennes qui avaient manifesté seins nus à Tunis le 30 mai dernier pour protester contre l'emprisonnement d'Amina Tyler ont reçu un soutien inattendu : celui de l'oncle de la jeune féministe tunisienne, qui déplore leur détention ainsi que celle de sa nièce. Mais si celui-ci indique que les trois sextrémistes sont soutenues par la majorité de la population tunisienne, leur action reste controversée et risque, selon certains, d'aggraver encore la situation d'Amina.
A lire aussi

La manifestation, seins nus, des trois Femen européennes le 30 mai dernier devant le ministère de la Justice à Tunis aurait-il agi comme un électrochoc sur l'opinion publique tunisienne ? Pour l'oncle d'Amina Sami Sboui, la jeune féministe de 18 ans incarcérée depuis le 19 mai pour atteinte à la pudeur et profanation de sépulture, l'action des sextrémistes a réveillé les consciences sur le sort des femmes dans le pays, et en particulier sur l'injuste procès d'intention dont est victime sa nièce, jugée pour avoir peint le mot « Femen » sur le muret d'un cimetière. Depuis Paris, l'oncle maternel d'Amina Tyler a publié une lettre ouverte jeudi 6 juin sur le site participatif Nawaat.org pour assurer son soutien à Amina, ainsi qu'aux trois Femen toujours emprisonnées à Tunis. Se faisant le porte-parole de la majorité silencieuse des Tunisiens, il y affirme que les féministes sont victimes du fanatisme des salafistes tunisiens, dont l'influence politique est de plus en plus prégnante : « En tant qu'oncle d'Amina, je tiens à saluer la solidarité des trois Femen françaises et allemande. Plusieurs membres de la famille d'Amina comme de nombreux Tunisiens ont été touchés par le geste et le courage de ces jeunes filles qui ont traversé la Méditerranée avec la noble intention d'exprimer leur solidarité avec une lycéenne de 18 ans qui subit des injustices. Ce constat est partagé par l'écrasante majorité des Tunisiens qui ont toujours jugé les actes des gens selon leur véritable intention et qui sont aujourd'hui solidaires de ces trois jeunes femmes. »

Amina, « symbole des libertés et de l'émancipation des femmes »

Loin d'incriminer la manifestation, pourtant controversée des Femen, Sami Sboui se montre solidaire des trois sextrémistes, dont il loue le courage politique : « Contrairement à ce qu'une certaine presse a pu écrire, la majorité des Tunisiens (certes silencieux) sont solidaires avec ces Femen en ce qu'ils ont compris l'intention de leur action, à savoir une démarche politique de soutien à une jeune tunisienne victime », explique-t-il dans les colonnes de Nawaat.
Quant à sa nièce Amina Tyler, Sami Sboui estimé qu'elle est devenue, « de son plein gré ou pas, un symbole des libertés et de l'émancipation des femmes et des démocrates en Tunisie. Un symbole à abattre toutefois, pour nombre d'intégristes qui cherchent à s'acheter des gages de vertu à l'heure où la répression s'intensifie contre leur aile dure, salafiste ou djihadiste. »

Une action controversée

La manifestation seins nus des trois féministes est-elle pour autant, comme l'avance l'oncle d'Amina, majoritairement soutenue par le peuple tunisien ? Dans les faits, il semblerait que leur action suscite des réactions moins enthousiastes que ce que Sami Sboui semble indiquer. Car si de nombreux Tunisiens reconnaissent le caractère politique et militant du combat des trois sextrémistes, beaucoup déplorent le mode d'action qu'elles utilisent, craignant que leurs actions s'avèrent finalement contre-productives. Pire, manifester seins nus pour réclamer la libération d'Amina aurait pour conséquence d'aggraver sa situation en donnant du poids aux arguments des salafistes. C'est ce qu'avançait notamment Nadia Chaabane, députée du parti laïc du centre-gauche al-Massar, qui estime que l'action des Femen « a aggravé a situation d'Amina […] C'est de la provocation stérile et improductive. »

Une nouvelle manifestation à Berlin

Pas de quoi toutefois décourager les Femen. Alors que les trois sextrémistes ayant manifesté à Tunis seront fixées sur leur sort mercredi 12 juin et risquent jusqu'à 6 mois de prison ferme, trois autres Femen ont manifesté seins nus vendredi 7 juin devant la chancellerie à Berlin pour protester de la venue du Premier ministre tunisien, rapporte La Dépèche. Scandant « Merkel free Femen », les militantes avaient inscrit sur leur poitrine « Joséphine, Marguerite, Pauline, Amina » en soutien aux féministes emprisonnées. Si elles ont été arrêtées peu après le début de leur action, celle-ci a toutefois permis de relancer leur exposition médiatique. Ainsi, la chancelière allemande Angela Merkel a, en présence du Premier ministre tunisien Ali Larayedh, dit espérer « un traitement juste » pour les trois Femen européennes ainsi que pour Amina. De son côté, Ali Larayedh a considéré que le traitement de l'affaire par la justice tunisienne avait été pour le moment « juste. » « Ces évènements ne doivent pas être évoqués de façon surdimensionnée », a-t-il conclu.