Égypte : une centaine d'agressions sexuelles en quatre jours sur la place Tahrir

Égypte : une centaine d'agressions sexuelles en quatre jours sur la place Tahrir
Égypte : une centaine d'agressions sexuelles en quatre jours sur la place Tahrir
Dans cette photo : Barack Obama
Alors que les Égyptiens protestaient depuis plusieurs jours contre le président Mohamed Morsi, démis de ses fonctions par l'armée mercredi soir, des groupes d'hommes ont profité de ces rassemblements pour s'en prendre aux femmes. En effet, depuis le 28 juin, près d'une centaine d'agressions sexuelles et viols auraient été commis sur la place Tahrir et dans les environs du Caire.
A lire aussi
Cette appli veut cartographier les lieux d'aide aux victimes d'agressions sexistes et sexuelles
News essentielles
Cette appli veut cartographier les lieux d'aide aux...


Un groupe de jeunes hommes « qui repère une femme, l’encercle, la sépare de ses amis », avant de l’agresser, de lui arracher ses vêtements ou de la violer » : ce scénario s’est produit près d’une centaine de fois sur la place Tahrir en Égypte et dans les environs du Caire, où des millions de citoyens ont protesté pendant plusieurs jours contre le régime du président Mohamed Morsi, qui vient d’être démis de ses fonctions par l’armée. C’est l’organisation internationale Human Rights Watch (HRW) qui rapporte cette information à partir de témoignages recueillis auprès d’association locales. Ainsi, le 28 juin, cinq femmes auraient été agressées sexuellement, tandis que deux jours plus tard, ce sont 46 Égyptiennes qui ont été victimes d’un groupe d’hommes ayant profité des manifestations pour abuser d’elles. Le 1er juillet, elles seraient 17 à avoir subi ces violences et 23 autres le lendemain.

Au total, 91 cas d’agressions, certaines tournant au viol, auraient ainsi été recensés en l’espace d’une semaine. Certaines victimes, « battues avec des chaînes métalliques, des bâtons, des chaînes, et attaquées avec des couteaux », ont dû être admises à l’hôpital, fait également savoir HRW, déplorant « le désintérêt du gouvernement » pour ces actes et « l’impunité » dont jouissent les agresseurs. Les auteurs de ces agressions sexuelles sont en effet difficilement identifiables et donc rarement condamnés.

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a fait part de son inquiétude face à l’ampleur du phénomène. « J'espère vraiment que, tout en trouvant une réponse pacifique à la crise actuelle, ils (les Égyptiens) puissent accorder plus d'attention aux manifestantes puisque nous avons vu de nombreux cas d'agressions sexuelles au cours des manifestations », a-t-il indiqué tandis que le président des États-Unis, Barack Obama, a quant à lui estimé qu’on ne pouvait « pas parler de manifestation pacifique quand il y a des agressions contre des femmes ». Malheureusement, ces violences envers les femmes ne sont pas inédites en Égypte. Il y a deux ans, trois journalistes, parmi lesquelles la reporter de France 3 Caroline Sinz et Sonia Dridi, correspondante pour France 24, avaient notamment été prises pour cible.

VOIR AUSSI

Égypte : Le Conseil national de la femme s'en prend aux Frères musulmans
Égypte : les « tests de virginité » pratiqués par l'armée interdits
Égypte : viol d'une étudiante en journalisme place Tahrir
Le harcèlement sexuel, la nouvelle plaie d'Égypte