Au Chili, une élection présidentielle 100% féminine

Au Chili, une élection présidentielle 100% féminine
Au Chili, une élection présidentielle 100% féminine
Duel de choc en vue pour les élections présidentielles chiliennes de novembre prochain. Suite au retrait du gagnant des primaires de droite, les élections verront s'affronter deux femmes : à droite, une ex-ministre du Travail, Evelyn Matthei. À gauche, l'ex-présidente, Michèle Bachelet, est grande favorite.
A lire aussi
Présidentielles 2017 : les propositions des candidats pour les droits des femmes
News essentielles
Présidentielles 2017 : les propositions des candidats...

Les prochaines présidentielles chiliennes seront a priori 100% féminines, suite au retrait de la course de Pablo Longueira, le très conservateur vainqueur des primaires de l'Union Démocrate Indépendante (UDI). Evelyn Matthei devrait devenir la candidate de la droite chilienne et se présenter face à l'ex-présidente Michèle Bachelet.

Malheurs en série pour les candidats de droite

Le fils de Pablo Longueira a annoncé par communiqué que ce dernier était tombé malade et était atteint d'une dépression diagnostiquée médicalement. Cet ancien ministre de l'Économie, proche du défunt dictateur Pinochet, remplaçait lui-même une candidate, Laurence Golborne, qui  a retiré sa candidature après une condamnation en justice. Pour remplacer Pablo Longueira, la droite actuellement au pouvoir, compte sur Evelyn Matthei, ancienne ministre du Travail et fille d'un membre de la junte militaire de Pinochet. Sa candidature devrait être officialisée le 3 août prochain.

Si elle accédait au pouvoir, Evelyn Matthei ferait souffler un vent de nouveauté sur le Chili : en faveur de l'avortement thérapeutique – interdit en Chili et combattu par la droite – elle se définit comme « libérale » et est connue pour sa proximité avec le peuple.

À gauche, une ex-présidente se représente

Elle fera face à Michèle Bachelet, jusqu'ici en tête des sondages d'opinion. Présidente socialiste de 2006 à 2010, Michèle Bachelet fut la première femme à gouverner un pays sud-américain. Médecin de formation, Michelle Bachelet fut directrice exécutive de l'ONU Femmes de 2010 à 2013. Sa famille avait lutté contre Pinochet : son père, Albert Bachelet, est mort en détention pour s'être opposé au coup d'État du dictateur. Elle a elle-même été torturée et exilée sous la junte militaire.


Victoria Houssay

VOIR AUSSI

Femmes et pouvoir : la solidarité féminine comme rempart au sexisme en politique
Sacrifice d'un bébé : l'enquête progresse au Chili
6 mois de congé maternité au Chili
Chili : une campagne de lutte contre le Sida soulève une polémique
Chili : 33 femmes dans la mine pour réclamer du travail