L’Iran censure un défilé de vêtements féminins aux couleurs du drapeau

L’Iran censure un défilé de vêtements féminins aux couleurs du drapeau
L’Iran censure un défilé de vêtements féminins aux couleurs du drapeau
L’Iran a censuré un défilé et banni « jusqu’à nouvel ordre » son organisateur pour avoir osé créer des vêtements féminins aux couleurs du drapeau de la république islamique. En cause: la présence d’hommes au défilé, mais aussi le fait que les vêtements sont destinés à des supportrices de l’équipe nationale… et que les femmes sont interdites de stade en Iran.
A lire aussi

A priori, l’initiative de « la Maison de la Mode » de Téhéran peut paraître anodine, voir positive: pour supporter l’équipe de foot nationale, ils ont créé une ligne de vêtements aux couleurs du drapeau. Mais la chose a fait scandale dans un pays qui compte parmi les plus conservateurs au monde. Pourquoi? Le communiqué officiel se contente simplement de dire, selon l’AFP que l’entreprise « ne disposait pas d’autorisation pour cet événement », et qu’en conséquence, « elle ne saurait poursuivre ses activités jusqu’à nouvel ordre ». L’agence Violet, responsable du design des vêtements, a également été « interdite ».

>> Lire aussi: la révolution féminine est-elle vraiment en marche en Iran? <<

En réalité, la frange des critiques les plus conservateurs aurait pointé du doigt que le drapeau islamique comporte le mot « Allah ». Une accusation que dément le créateur de ces vêtements: « Nous n’avons pas utilisé le drapeau qui comporte le mot Allah », a expliqué Javad Shirazi, le président de la Maison de la Mode. Autre grief, la présence d’hommes lorsque ce défilé a eu lieu (les défilés de mode féminine sont strictement interdits aux hommes). Mais c’est peut être finalement davantage la finalité de ces vêtements qui a joué dans cette décision des plus abruptes: Javad Shirazi aurait dit que ces vêtements devaient être postés dans des stadiums. Mais en Iran, ces endroits sont strictement interdits aux femmes, « pour leur protection », en raison de « l’atmosphère vulgaire » créée par une audience strictement masculine.