Après le scandale Ray Rice, les féministes s'en prennent à la NFL

Après le scandale Ray Rice, les féministes s'en prennent à la NFL
Après le scandale Ray Rice, les féministes s'en prennent à la NFL
L'indignation est encore très vive aux États-Unis après la publication d'une vidéo montrant la star du football américain Ray Rice frapper sa petite-amie. Et alors que ce scandale fait encore les gros titres outre-Atlantique, des féministes ont lancé une campagne sur Internet pour protester contre les violences domestiques. Leur arme : le détournement d'une publicité de la marque de maquillage CoverGirl, sponsor officiel de la NFL.
A lire aussi
"Impatiente", le podcast féministe qui fait entendre la réalité du cancer du sein
News essentielles
"Impatiente", le podcast féministe qui fait entendre la...


Les États-Unis en sont encore groggy. Plus d'une semaine après la mise en ligne d'une vidéo montrant la star du football américain Ray Rice frapper violemment sa petite-amie, l'indignation est à son comble. Et alors que le pays prend peu à peu conscience de l'étendue du fléau de la violence faite aux femmes, des militantes féministes ont décidé de s'en prendre directement à la NFL, la ligue organisatrice du championnat de football américain. Et c'est via les réseaux sociaux qu'elles ont choisi de protester en détournant une campagne de publicité de CoverGirl. Sponsor beauté officiel de la NFL, cette marque de maquillage cible les supportrices du football américain.

CoverGirl : campagne originale

La NFL pointé du doigt

Ainsi, depuis quelques jours, des photos retouchées d'une jeune femme habillée et maquillée aux couleurs des Baltimore Ravens – l'équipe dans laquelle évoluait Ray Rice - et affublée d'un énorme œil au beurre noir circulent sur Twitter. Sur certains montages, les activistes vont plus loin et appellent au boycott de la marque et ce, jusqu'à la démission de Roger Goodell, le président de la ligue. Résultat, des hashtags #FireGoodell et #GoodellMustGo (« virez Goodell », « Goodell doit partir » en français) font florès sur le site de microblogging. En effet, le président de la NFL est très critiqué en raison de sa prise en charge plus que discutable du scandale Ray Rice. Et pour cause, après avoir agressé sa compagne, le joueur n'avait, dans un premier temps, écopé que de deux matchs de suspension.

De son côté, la marque CoverGirl a réagi à ce détournement en assurant toutes les femmes de son soutien. « Covergirl supporte les femmes et défend leur émancipation. Nous croyons que les violences conjugales sont complètement inacceptables. Nous avons développé notre partenariat avec la NFL pour célébrer les plus de 80 millions de supportrices de football américain », a-t-elle fait savoir dans un communiqué de presse diffusé sur les réseaux sociaux. Et d'ajouter : « À la lumière des événements récents, nous avons encouragé la NFL à prendre des mesures rapidement pour lutter contre les questions de violences domestiques auprès de ses effectifs ».

Une ligue victime de son excès de testostérone ?

Une recommandation que la ligue américaine devrait prendre au sérieux tant ce problème semble répandu au sein de ses effectifs. Pour preuve, alors que l'affaire Rice fait encore les gros titres, un autre joueur de la NFL est actuellement poursuivi par la justice américaine pour maltraitance. Adrian Peterson, vedette de l'équipe des Vikings du Minnesota, est en effet accusé d'avoir causé de multiples lacérations, coupures et bleus à son fils de 4 ans en le fouettant avec une branche d'arbre. Après avoir décidé de n'infliger qu'un match de suspension à leur joueur, les propriétaires de la franchise ont finalement décidé de le mettre à l'écart jusqu'à nouvel ordre. Une décision sans aucun doute motivée par la mauvaise passe que traverse la NFL.

Dans l'actu