Braconnage : les éléphants d'Afrique craignent la Chine

Braconnage : les éléphants d'Afrique craignent la Chine
Braconnage : les éléphants d'Afrique craignent la Chine
La vertigineuse croissance chinoise s'avère extrêmement néfaste pour les éléphants d’Afrique. Une étude sur le commerce de l'ivoire menée dans deux grandes villes chinoises démontre que la croissance du pays contribue largement à l'augmentation de la chasse illégale du pachyderme emblématique.
A lire aussi

Ces dernières années, le nombre d'éléphants exterminés en Afrique ne cesse d'augmenter. Résultat : les populations d'éléphants en Afrique baissent dangereusement. Au Tchad, elles ont diminué de 40% passant de 4000 éléphants en 2006 à environ 2500 en 2010. Au Kenya, on en dénombre 12 000 contre 35 000 il y'a 20 ans.

Au total, selon l'ONG "International fund for animal welfare", 37 pays seraient touchés par ce braconnage illégal qui, en s'attaquant aux mâles, menace cette espèce d'extinction.

Les chercheurs ont mené une étude sur le commerce de l'ivoire dans les villes de Guangzhou et Fuzhouet, en Chine. Ils ont noté que les chiffres de ventes étaient de plus du double de ceux constatés en 2004 (date de la dernière étude comparable).

Pourtant, le commerce international de l'ivoire d'éléphant a été interdit en 1990 par la Convention des Nations Unis. Mais depuis quelques années, certains pays africains sont autorisés à vendre aux enchères leurs stocks d'ivoire, alimentant ainsi, selon les défenseurs des éléphants, la demande d'ivoire et facilitant l'entrée sur le marché de l'ivoire illicite.

Par ailleurs, en Chine, le marché de l'ivoire est contôlé par l'état, seules les boutiques enregistrées et agréées reçoivent l'autorisation de commercer et les marchandises ont l'obligation d'être accompagnée d'une certification.

Mais durant leur enquête, les experts ont constaté que seuls huit des quatre-vingts magasins contrôlés à Guangzhou possédaient les certificats d'identité valablement légaux. 6.437 articles ont été vérifiés, 3.947 (soit 61 %) se sont avérés hors la loi. A Fuzhou, la situation est encore plus alarmante, aucun commerçant ne pouvait présenter les papiers ad hoc.

Et le marché asiatique ne s'attaque pas qu'aux éléphants. Le continent est aussi très preneur de cornes de Rhinocéros, utilisées dans la médecine alternative comme remède pour de nombreux maux. Selon le journal le Guardian, 333 rhinocéros ont été tués l'an dernier et 193 depuis le début de l'année, contre seulement 13 en 2007.

VOIR AUSSI

Environnement : Mon poisson, je le veux durable !

Consommation de poisson : quels enjeux environnementaux et sanitaires ?

Vietnam : les gibbons sont de retour !