De Mitterrand à Hollande : les grands discours de campagne (Vidéo)

De Mitterrand à Hollande : les grands discours de campagne (Vidéo)
De Mitterrand à Hollande : les grands discours de campagne (Vidéo)
Dans cette photo : François Hollande
A quelques mois voire quelques jours d'une élection présidentielle, tout peut basculer. Les candidats lancent alors leurs dernières forces dans de grands meetings de rassemblement. Mitterrand, Jospin, Chirac, Royal ou encore Sarkozy et Hollande : comment ont-ils tenté de convaincre les Français à la veille de l'élection suprême ? Retour sur leurs grands discours de campagne.
A lire aussi


François Mitterrand le 25 avril 1981 à Toulouse

François Mitterrand tient son dernier meeting de campagne à Toulouse à la veille du premier tour de l'élection présidentielle de 1981, devant 35 000 personnes. Il déclare que sa candidature est celle d'un « homme libre », qu'aucune puissance ne saurait influencer. Sous le slogan la « force tranquille », il mène le dernier front de la bataille électorale : il sera élu le 10 mai 1981, avec 51,76 % des voix, devenant ainsi le premier président socialiste de la Ve République.


Jacques Chirac le 3 mai 1988 à Lille
Face à François Mitterrand au second tour, Jacques Chirac, Premier ministre sortant, dénonce le « terrorisme intellectuel venu d’une gauche moralement et intellectuellement décadente ». Il ne l’emportera pas quelques jours plus tard face au président socialiste qui remporte un deuxième septennat.


Jacques Chirac le 25 avril 1995 à Orléans

On retrouve Jacques Chirac sept ans plus tard, entre les deux tours, face au socialiste Lionel Jospin. Lors de ce meeting d’Orléans, il fustige son adversaire, « qui ne propose rien dans son programme qui n’ait déjà été expérimenté et qui n’ait échoué » avant d’ajouter « on cherche en vain ce qui est novateur ». « Les Français seraient-ils vraiment prêts à vivre 21 ans de socialisme ? Êtes-vous résignés à cette perspective ? », demande-t-il à la foule. Il remportera l’élection présidentielle avec 52,64% des votes.


Lionel Jospin le 27 avril 1995 à Marseille
Entre les deux tours de l’élection présidentielle de 1995, à J-10 du second tour, Lionel Jospin est en meeting devant 10 000 personnes à Marseille. « A quoi sert que Chirac ait été deux fois ministre alors qu'on ne sait pas ce qu'il pense ? », lance le candidat socialiste qui peaufine son image de rassemblement à gauche. « Après la surprise du 23 avril, peut-être bien que nous sommes en train de préparer la surprise du 7 mai ». Il perdra face à Jacques Chirac au second tour, avec 47,36% des voix.


Jean-Marie Le Pen le 1er mai 2002 à Paris
En 2002, Jean-Marie Le Pen a créé la surprise en s’invitant au second tour de l’élection, après avoir évincé Lionel Jospin au premier tour. A l’occasion du traditionnel discours du 1er mai, il mobilise ses troupes et se livre à une critique en règle de Jacques Chirac. « Il y a bien aujourd’hui en France deux camps, celui de l’occupation et le nôtre, celui de la libération », déclare-t-il. « Vous qui avez voté à gauche, n’acceptez pas d’aller voter en vous bouchant le nez » lance-t-il tentant ainsi de rassembler au maximum. Jacques Chirac l’emportera face à M. Le Pen avec un score record : 82,21% des voix.


Ségolène Royal, le discours du 1er mai 2007 au stade Charlety

Le 1er mai, à la veille de son débat avec Nicolas Sarkozy, la candidate PS prononce un discours d’une heure devant une foule de 40 000 personnes. A cinq jours du 2e tour, elle organise ce grand show face à un stade complet.« J'ai reçu tellement de bonheur partagé ce soir que tout le reste est oublié. Je suis avec vous, libre, droite, pour, dimanche prochain, faire gagner la France », déclare-t-elle. « Je vous salue peuple de France, peuple libre, peuple fier, peuple insoumis et qui veut la victoire », avait-elle commencé. Quelques jours plus tard elle perdra l’élection face à son rival de l’UMP avec 46,94% des voix.


Discours de Nicolas Sarkozy le 29 avril 2007 à une semaine du 2e tour à Bercy
Pour son dernier grand meeting avant le second tour de l’élection présidentielle, Nicolas Sarkozy fait une véritable démonstration de force devant plus de 15 000 personnes, où il fustige la gauche qui a « tourné le dos aux travailleurs de notre pays » et qui « n’a rien compris ». Le ministre sortant se positionne comme le candidat du peuple, situé au-dessus des partis, ayant pour objectif de séduire les électeurs indécis. Il l’emporte au second tour avec 53,06% des voix.


François Hollande le 22 janvier 2012 au Bourget
Pour son premier grand meeting de campagne, François Hollande, candidat socialiste, tient un discours d’1h30. Il y livre sa vision d’une République irréprochable, attachée à la laïcité où le président gouverne en tandem avec son Premier ministre. « Présider la République c’est accepter de partager le pouvoir », lance-t-il.

VOIR AUSSI

Discours de François Hollande : des réactions violentes
François Hollande : ce qu'il faut retenir de son discours pour la présidentielle
La vraie-fausse entrée en campagne de Nicolas Sarkozy
Primaires socialistes : l'élection se joue aussi sur le Net