Anonymat des parrainages : Marine Le Pen déboutée par les Sages

Anonymat des parrainages : Marine Le Pen déboutée par les Sages
Anonymat des parrainages : Marine Le Pen déboutée par les Sages
Le Conseil constitutionnel a décidé de ne pas changer les règles des parrainages à deux mois du scrutin présidentiel : les signatures des élus devront rester publiques. Marine Le Pen a saisi cette occasion pour se présenter comme la « candidate du peuple contre le système ».
A lire aussi
Comment se servir d'un gros pénis ?
News essentielles
Comment se servir d'un gros pénis ?


Les Sages ont statué mardi soir : les élus devront continuer à rendre public leur parrainage politique des candidats à l’élection présidentielle. Le Conseil constitutionnel avait été saisi pour étudier l’opportunité de l’anonymisation des signatures des élus, un système qui selon le Front National allait à l’encontre du bon fonctionnement démocratique. La demande de Marine Le Pen a donc été déboutée, mais la candidate frontiste a accueilli le verdict sans vindicte. Elle a au contraire profité de cette décision pour se positionner comme la candidate du peuple. « S’il devait être apporté une preuve que je suis bien la candidate du peuple contre le système, je remercie le Conseil constitutionnel de l’avoir donnée aujourd’hui », a-t-elle lancé, avant de déplorer qu’il n’y ait pas « plus de fonctionnement démocratique ».

Reste que l'alarmisme n’est plus de mise au Front National, qui semble approcher finalement les 500 signatures : Jean-Marie Le Pen a ainsi déclaré que « heureusement », sa fille se rapprochait du compte, et cette dernière a précisé qu’elle comptait pour l’instant 440 promesses.
Alors que la candidate du FN se hisse à la troisième position des intentions de vote dans les derniers sondages, une grande partie de la classe politique avait jugé qu’il ne serait « pas normal » que ce parti ne puisse pas présenter de candidat dans la course à la présidentielle.

La question de la barre fatidique des 500 signatures n’est pas que l’apanage du FN : ainsi Corinne Lepage, qui s’était jointe à la réclamation du FN, rencontre des difficultés à réunir ses précieux sésames. Elle a commenté l’annonce du Conseil constitutionnel en déclarant que cette décision  « ne permet pas au pluralisme de s’exercer puisque la publication des parrainages permet la pression des grands partis politiques ». D’autres « petits » candidats tels que Dominique de Villepin, Frédéric Nihous ou encore les candidats d’extrême gauche Nathalie Arthaud et Philippe Poutou rament eux aussi pour obtenir le nombre suffisant de parrainages.

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Anonymat des parrainages : les sages rendent leur verdict
Présidentielle 2012 : principes et enjeux du parrainage politique
Parrainages 2012 : Marine Le Pen s'insurge contre un « système absurde »
Parrainages 2012 : Marine Le Pen bluffe-t-elle ?
Parrainages FN : le conseil d’Etat transmet la QPC