Présidentielle : les droits des femmes grands absents de la campagne

Présidentielle : les droits des femmes grands absents de la campagne
Présidentielle : les droits des femmes grands absents de la campagne
Dans cette photo : François Hollande
Un tiers des Français estime qu'aucun candidat n'est particulièrement à l'écoute en matière de droits de la femme, selon un sondage réalisé par l'institut CSA pour Terrafemina. Pourtant, l'égalité salariale entre hommes et femmes arrive massivement en tête des préoccupations.
A lire aussi


Les droits des femmes seraient-ils donc les grands absents de cette élection présidentielle ? L’institut CSA et Terrafemina ont voulu savoir quel candidat se montre le plus à l’écoute sur ces questions, selon les hommes comme les femmes. Or, un tiers des personnes interrogées n’ont voulu citer aucun candidat, les femmes étant même les plus circonspectes (39% n'évoquent aucun nom). « Près de 4 femmes sur 10 n'attendent pas beaucoup de cette campagne présidentielle pour améliorer leurs droits, analyse Agnès Balle, directrice des études au département opinion du CSA, elles ont le sentiment qu’il ne s’agit pas d’une priorité ». Certes, François Hollande arrive en tête des candidats cités, mais avec seulement 15% des choix. Derrière lui, dans un mouchoir de poche, on retrouve Eva Joly à égalité avec François Bayrou (10%), Nicolas Sarkozy (9%) et Marine le Pen (8%).

Pourtant, les attentes en matière de droits des femmes sont très fortes. En effet, lorsque l’on pose la question de savoir quelles sont les mesures prioritaires en matière de droits des femmes, en vue de l’élection présidentielle, « quatre préoccupations obtiennent la majorité absolue des choix, avec des scores encore plus élevés chez les femmes », remarque A. Balle. L’égalité salariale entre hommes et femmes arrive largement en tête avec 75% des choix tous sexes confondus, suivie des condamnations plus sévères à l’égard des hommes coupables de violences conjugales (68%), les aides spécifiques pour les femmes qui élèvent seules leurs enfants et enfin la valorisation des retraites pour les femmes qui s’arrêtent ou réduisent leur activité professionnelle pour élever leurs enfants. On notera le faible score de l’augmentation de la durée du congé parental pour les pères, qui n’est jugée prioritaire que par 19% des Français.

Enfin, il est intéressant de voir que les hommes et les femmes partagent généralement les mêmes préoccupations en matière de droits féminins. En revanche, il existe un clivage générationnel : « les femmes les plus âgées sont encore plus en attente sur les différentes mesures testées, analyse A. Balle, tandis que les moins de 35 ans ont davantage intégré les progrès en la matière ».

Sondage exclusif CSA/Terrafemina réalisé par téléphone les 15 et 16 février 2012 auprès d’un échantillon national représentatif de 1001 personnes âgées de 18 ans et plus, constitué d’après la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage), après stratification par région et taille d’agglomération.

Résultats disponibles sur le site de l’institut CSA

VOIR AUSSI

Inégalités et droits des femmes : Eva Joly commente les chiffres
Sondage présidentielle : l’honnêteté première qualité requise pour le futur président
Anne Sinclair, sacrée femme de l’année devant Christine Lagarde et Martine Aubry