Grève des contrôleurs aériens lundi et mardi : retards et annulations prévus

Grève des contrôleurs aériens lundi et mardi : retards et annulations prévus
Grève des contrôleurs aériens lundi et mardi : retards et annulations prévus
Dans cette photo : François Hollande
Un mouvement de grève des contrôleurs aériens oblige les compagnies aériennes à supprimer 20% de leurs vols lundi et mardi au départ ou à l'arrivée d'Orly. Ces annulations, qui touchent les aéroports régionaux, ne concernent pas les moyens et les long-courriers.
A lire aussi


Un mouvement de grève des contrôleurs aériens va occasionner des modifications pour les vols régionaux lundi et mardi, voire des retards et des annulations, sans que cela ne touche les moyens et les long-courriers. Les travailleurs protestent contre une réforme des services de sécurité et de contrôle aérien en province, à l'appel de trois syndicats (CGT, CFDT et Unsa).
A la demande de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), les compagnies aériennes devaient supprimer 20% de leurs vols lundi et mardi au départ ou à l'arrivée d'Orly. Dix-huit vols ont déjà été annulés à Lyon Saint-Exupéry, alors qu’à l'aéroport de Biarritz-Anglet-Bayonne, « des perturbations » ont été annoncées.
Selon Air France, l'impact de la grève devrait être « limité » ; les passagers concernés par les quelques vols annulés auraient déjà été prévenus « par SMS ou par mail », a assuré dimanche à l'AFP une porte-parole de la compagnie.
En ce qui concerne les départs depuis l’aéroport Paris-Charles de Gaulle à Roissy, Air France prévoit de maintenir l'intégralité de son programme, même si « quelques retards restent cependant possibles », a admis la compagnie. Easyjet a annulé 16 vols lundi à l'aéroport d'Orly et conseille à tous ses passagers « de vérifier l'état de leurs vols régulièrement ».

Les syndicats CGT, CFDT et Unsa ont appelé à la grève pour s'opposer à un plan de restructuration des services de contrôle aérien de province, qui impliquerait une diminution des effectifs. Ils ont ainsi dénoncé un plan visant, pour eux,  à « fermer la moitié des services de contrôle d'approche en France métropolitaine avec leurs services supports et de maintenance, la totalité des services régionaux d'information de vol et une partie du contrôle d'aérodrome ».
Par ailleurs, les services chargés de la sécurité et du contrôle du trafic aérien dans des villes comme Mulhouse, Biarritz, Metz-Nancy ou Beauvais seraient, pour l'Usac-CGT « directement menacés de délocalisation ou de fermeture ». De son côté, le SPAC-CFDT demande à la direction de cesser d'appliquer « de manière aveugle » le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant en retraite.

Alexandra Gil

(Sources : AFP, TF1.fr)
Crédit photo : AFP/Orly

VOIR AUSSI

Grève : forte mobilisation des syndicats ce mercredi
Manifestations : les syndicats contre l'austérité
Protection sociale et emploi : François Hollande reçoit les syndicats