« Ni Putes Ni Soumises » interpelle les candidats à l'Élysée

« Ni Putes Ni Soumises » interpelle les candidats à l'Élysée
« Ni Putes Ni Soumises » interpelle les candidats à l'Élysée
Le 18 avril prochain, l'association Ni Putes Ni Soumises invitera les candidats à la Présidentielle à signer un contrat social pour la mixité, l'égalité et la laïcité. Parmi les propositions de ce texte, on trouve notamment des dispositions pour aider les femmes victimes de violence.
A lire aussi
Un ado syrien filme l'horreur de la Ghouta pour interpeller la communauté internationale
News essentielles
Un ado syrien filme l'horreur de la Ghouta pour...


L'association « Ni Putes Ni Soumises » (NPNS) a élaboré un texte comprenant 17 revendications des femmes de quartier, prévoyant notamment la contraception anonyme et gratuite pour les mineures. Le but principal de l’association sera d’obtenir le 18 avril prochain la signature des candidats à la présidentielle sur ce « contrat social pour la mixité, l’égalité et la laïcité ». Quatre jours avant le 1er tour, dans leurs locaux du 20e arrondissement de Paris et pendant toute la journée du 18 avril, NPNS accueillera les candidats qui souhaitent exprimer leur soutien à cette association.

Avec ce pacte, NPNS souhaite tout d’abord mettre fin au certificat de coutume, un document exigé par les mairies dans le cadre d’un mariage ou d'un Pacs avec un ressortissant étranger. NPNS assure que plusieurs personnes se voient refuser un certificat de coutume chaque année « au motif que la religion du pays (d'origine) ne permet pas » l'union avec « des non musulmans », interdite dans certains pays comme le Maroc. Par ailleurs, cette association a exprimé son intention de s'associer avec le Quai d'Orsay et les pays étrangers pour former les « référents » dans les ambassades sur le thème des mariages forcés. Selon NPNS, la présence de ces référents « permettrait de gagner du temps dans le rapatriement d'urgence des victimes », l’association a aussi souligné l’importance du sujet de la violence faite aux femmes. À ce propos, elle a parlé de la « création d'un guichet unique pour lutter contre ces violences ». Autre proposition : la mise en place d'une allocation par la Caf dès le dépôt de plainte, la création d'appartements-relais pour les femmes victimes de violence, et l’instauration, en partenariat avec l'Éducation nationale, d’une semaine nationale « de l'éducation au respect » afin de lutter contre les « préjugés sexistes ».

Alexandra Gil

Source : Présidentielle : Ni putes ni soumises interpelle les candidatslle.fr

VOIR AUSSI

Ni Putes Ni Soumises : Asma Guenifi succède à Sihem Habchi
Violences conjugales : plus de cadres que de chômeurs chez les maris violents
Toutes en jupe !

Femmes : des chiffres qui comptent