Prix des légumes : des marges surprenantes, mais quel est le juste prix ?

Prix des légumes : des marges surprenantes, mais quel est le juste prix ?
Prix des légumes : des marges surprenantes, mais quel est le juste prix ?
Malgré les nombreuses rencontres organisées entre producteurs et grandes surfaces, les agriculteurs continuent de s'insurger contre les marges, considérées abusives, de la grande distribution. Ils trouvent les prix appliqués par celle-ci encore trop chers pour les consommateurs.
A lire aussi
Pulvar : Chronique du Juste prix des lunettes d'Audrey
twitter
Pulvar : Chronique du Juste prix des lunettes d'Audrey

Vous achetez un kilo de tomates 2,50€ dans le supermarché le plus proche de chez vous ? Sachez qu'il y a de fortes chances pour que celui-ci ait été payé 0,80€/kg par la centrale d'achat.
Evidemment là-dessus, le supermarché se doit de payer son personnel, le stockage, les taxes et impôts et aussi les infrastructures pour garder ces produits frais.
Mais la part de marge nette tirée par les grandes et moyennes surfaces (GMS) reste assez floue.

Selon le secrétaire général de la Confédération syndicale agricole des exploitants familiaux (Modef), Raymond Girardi, le prix pratiqué devrait plutôt être de 1,70€/kg. Ainsi les marges de chacun devraient être respectées.  
Au delà des marges de ces entreprises, c'est la distance que ces grandes surfaces ont établie entre le producteur et le consommateur qui gêne les groupes d'agriculteurs tels que le Modef.

Afin de sensibiliser les consommateurs aux prix "justes", le Modef organisera, comme chaque année depuis quinze ans, une vente de fruits et légumes directe, Place de la Bastille à Paris et dans d'autres villes de la banlieue parisienne, le mercredi 22 août, dès 7h du matin et ce jusqu'à épuisement des stocks.

Le but de cette opération est de montrer aux consommateurs que manger des légumes est moins cher qu'on ne le croit et qu'il est possible de mettre en place des prix satisfaisants pour chaque acteur. Un autre objectif de cet évènement est de défendre la fraîcheur des produits vendus sans intermédiaire, par opposition aux grandes surfaces qui allongent le temps qui séparent les légumes de votre panier.

En valorisant la relation producteur/consommateur, comme le fait déjà le mouvement locavore, la règle des 5 fruits et légumes par jour deviendrait plus facilement applicable pour le plus grand nombre.

VOIR AUSSI

Supermarché : le classement des enseignes les moins chères
Une carte des magasins pour acheter moins cher en vacances
"5 fruits et légumes par jour", une campagne néfaste ?
Locavore : relocaliser son assiette