Emplois d'avenir et logements sociaux examinés au Parlement dès septembre

Jean-Marc Ayrault a annoncé une session extraordinaire du Parlement pour la fin du mois de septembre. Au programme, les projets de loi sur la création de 150 000 emplois d'avenir et sur la construction de 150 000 logements sociaux. Le Premier ministre a établi un calendrier précis des réformes révélé mercredi 22 août en Conseil des ministres.
A lire aussi
Le Parlement enterre les heures supp' défiscalisées et la TVA sociale
emploi
Le Parlement enterre les heures supp' défiscalisées et la...


Si tous les ministres ont bénéficié des congés estivaux aux quatre coins de la France, c’est maintenant la rentrée, et elle s’annonce chargée. Mercredi 22 août, lors du 1er Conseil des ministres, Jean-Marc Ayrault a dévoilé le calendrier des réformes et a déclaré qu’une session extraordinaire du Parlement se tiendrait pendant 3 jours, à partir du 24 septembre, avant la reprise effective des activités parlementaires. Selon Alain Vidalies, le ministre des relations avec le Parlement, le texte qui prévoit la création de 150 000 emplois d’avenir sera examiné par l’Assemblée nationale tandis que le Sénat planchera sur le projet de loi qui planifie la construction de 150 000 logements sociaux avec la mise à disposition gratuite de terrains.

Ensuite, après les journées parlementaires de l’UMP les 27 et 28 septembre, la session ordinaire reprendra ses droits avec en priorité l’examen du traité budgétaire européen. Le projet pour sa ratification sera initialement présenté en Conseil des ministres le 19 septembre. Jean-Marc Ayrault a bien insisté devant les membres du gouvernement sur les nombreux objectifs à atteindre rapidement les qualifiant « d’extrêmement importants » : « le gouvernement est prêt à agir sur toutes les situations d’urgence et à y faire face comme il l’a déjà fait ».

Laure Gamaury

Source : AFP
Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Logements sociaux : Ayrault veut relever le seuil à 25%
Coût du logement : la France, en tête des pays les plus chers de l'UE
Les « emplois-jeunes » de 1997 : un succès ?