Mariage gay : les deux visages des anti

Mariage gay : les deux visages des anti
Mariage gay : les deux visages des anti
Les manifestations des opposants au mariage et à l'adoption pour les homosexuels ont rassemblé plus de 100 000 personnes ce week-end. Si samedi la « Manif pour tous » faisait entendre les arguments d'une opposition pacifique, anti-religieuse et anti-homophobe, le rassemblement du mouvement catholique Civitas dimanche a donné lieu à un lynchage violent de militantes féministes Femen et de journalistes venus défendre le projet de loi.
A lire aussi
Mariage gay : Apple attaqué par les anti du Printemps français
mariage gay
Mariage gay : Apple attaqué par les anti du Printemps...


Les opposants au projet de loi du gouvernement pour ouvrir le mariage et l’adoption aux couples homosexuels ont donné de la voix ce week-end, alors que le projet a été adopté en Conseil des ministres et qu’il doit être débattu en janvier à l’Assemblée nationale.

« Manif pour tous »

Samedi, la première manifestation d’envergure organisée pour protester contre le projet de loi rassemblait entre 100 000 et 200 000 personnes dans toute la France, dont 70 000 à Paris. Les organisateurs se félicitent d’un mouvement qui ouvre enfin le débat sans violence ni homophobie. La militante catholique « branchée » Frigide Barjot, fondatrice du mouvement « Plus gays sans mariage », et les associations familiales catholiques (AFC) veulent « réveiller l’opinion » sur ce texte qui « bouleverse la filiation père-mère-enfants, et les concerne tous ».

Interrogée par Métro, Frigide Barjot veut faire la distinction entre cette opposition apaisée et les récupérations religieuses ou d’extrême-droite : « Nous ne sommes pas des religieux, ni des ultras de l’Église, ni de la démocratie », explique-t-elle, en appelant de ses vœux la tenue d’états généraux sur le mariage pour tous, et un rapport accessible à tous. Une autre vague de manifestations est prévue le 8 décembre à Bordeaux, Lille, Le Mans et Nancy, et un grand rassemblement national des anti-mariage gay devrait avoir lieu le 13 janvier.

Manif  à part

On ne sait pas encore si l’Institut Civitas appellera ses membres à participer le 13 janvier. Cette organisation proche des milieux catholiques intégristes a mené son propre défilé dimanche à Paris contre le projet de loi baptisé « Le mariage pour tous », en choisissant délibérément de se démarquer de la « Manif pour tous ». Ils étaient environ 9 000 partis du ministère de la Famille (VIIe arrondissement, Paris) pour se rendre à l’Assemblée nationale. Mais l’intervention imprévue des militantes du groupe Femen a fait sortir de leurs gonds des manifestants. Celles-ci ont débarqué seins nus avec des coiffes de religieuses en criant leurs slogans habituels « In Gay We Trust » ou « Fuck Church », et se sont retrouvées poursuivies et battues par des participants à la marche.

« Ils m’ont jetée par terre et m’ont littéralement sauté dessus », a raconté à 20Minutes la représentante des Femen en France, Inna Shevchenko. « Ils m’ont cassé les dents, poursuit-elle, et d’autres filles avaient la bouche ou le visage en sang ». La journaliste féministe Caroline Fourest, qui filmait leur intervention, affirme également avoir été passée à tabac à deux reprises : « J'ai été tabassée d'abord parce que je filmais. Ils m'ont mise à terre, mon bonnet est tombé, là ils m'ont reconnue et ils m'ont poursuivie, insultée et retabassée », a-t-elle rapporté au Parisien. « J'ai pris des coups dans les côtes, dans un genou et dans un poignet ». La journaliste ajoute que les agresseurs auraient « insulté les militantes et juré d'aller se venger au centre des Femen, dont ils ont crié l'adresse ».

Une ambiance « bon enfant »

Présent à la manifestation, Bruno Gollnisch, membre du bureau politique du Front National, estime pour sa part dans Libération que la manifestation s’est déroulée dans une ambiance « bon enfant » : « Il y a eu quelques provocatrices qui ont été repoussées. Si les gens viennent chercher des claques et qu’ils les trouvent, c’est autre chose ». De son côté, la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem a promis que le gouvernement n’aurait « aucune tolérance à l’égard de ces violences et tous les dérapages qui y sont associés ».

Crédit photo : DR

VOIR AUSSI

Dossier : mariage homosexuel
Mariage gay : notre opinion influencée par les séries télé ?
Femen : seins nus, les féministes 4e génération débarquent en France

Plus d'actu sur : Mariage gay

Taubira traitée de "guenon" : la Manif pour tous va remanier sa charte d'action
Adoption pleinière : la première famille avec deux mamans est née
La Manif pour tous en guerre contre la théorie du genre