Senior : une maison autogérée pour femmes ouvre ses portes à Montreuil

Senior : une maison autogérée pour femmes ouvre ses portes à Montreuil
Senior : une maison autogérée pour femmes ouvre ses portes à Montreuil
Le projet lancé par Thérèse Clerc, cette féministe qui rêvait de créer un habitat collectif autogéré, arrive à son terme : les seniors ont emménagé dans la maison des Babayagas à Montreuil. Pour échapper à la dépendance liée à la fin de vie, une quinzaine de dames d'un âge avancé a décidé de vivre dans un HLM avec salle commune et participation fortement recommandée aux débats et aux repas organisés.
A lire aussi
Au Japon, les femmes protestent contre l'obligation de porter des talons au bureau
News essentielles
Au Japon, les femmes protestent contre l'obligation de...


Quand on leur pose la question du concept de la maison des Babayagas à Montreuil, les locataires toutes seniors et enthousiastes répondent : c’est une alternative à l’isolement et le « mouroir » que constituent les maisons de retraite, un nouveau mode de vie au crépuscule de l'existence. Entre la progression de l’espérance de vie, l’éclatement des familles et la baisse du pouvoir d’achat des retraités, la vie en communauté semble pour elles une option cohérente et agréable. Pour la bonne marche de l’habitation, les membres de la communauté respectent une charte de conduite.

Thérèse Clerc, 85 ans, féministe leader du projet des Babayagas raconte : « Rester chez soi à tout prix n'est ni agréable ni exempt d'accident. Je me suis dit que ce serait gai de vivre entre femmes avec des activités qui nous stimulent. À 85 ans, enfiler des chaussettes, c'est compliqué. Mais entre copines… »

D'autres maisons accessibles aux hommes ?

Dans cette HLM de 21 appartements, les locataires ont toutes des revenus modestes, ce qui n’est pas le cas de Thérèse qui possède son propre logement. Classé logement social, la maison des Babayagas est tenue de réserver quatre appartements pour de jeunes femmes ou hommes. 

Si le projet de Montreuil est bien avancé, l’idée fait son chemin dans d’autres villes franciliennes. À Palaiseau dans l'Essonne, Gisèle Tersou a 77 ans et rêve du jour où elle pourra prendre part à ce genre d’habitat collectif autogéré : « On reprendrait le modèle de Montreuil ». Mais la vieille dame émet des réserves sur les conditions trop strictes, selon elle, pour habiter dans la maison des Babayagas : « Je ne suis pas une féministe pure et dure. Nos compagnons peuvent aussi avoir accès à cette solidarité dans le vieillissement. »

Crédit photo : Photodisc

VOIR AUSSI

Vieillesse : Les femmes craignent plus que les hommes d'être dépendantes
Solitude et isolement : 5 millions de Français concernés
Maisons de retraite : les pensionnaires insatisfaits de leur repas
Colocations : attention à la clause d'indivisibilité