Censure publicitaire : les salles de sport Keep Cool répondent

Censure publicitaire : les salles de sport Keep Cool répondent
Censure publicitaire : les salles de sport Keep Cool répondent
Dans cette photo : Gisele Bündchen
À Toulouse, les féministes, rejointes par le Front de gauche, ont finalement obtenu gain de cause. Les affiches du réseau de salles de sport Keep Cool qui montraient une femme nue ont disparu du métro de la ville. Une censure que Guy Deville, le fondateur de l'enseigne, n'entend pas laisser passer.
A lire aussi
Le hijab de sport de Decathlon crée la polémique
News essentielles
Le hijab de sport de Decathlon crée la polémique

Pour son dixième anniversaire, le réseau de salles de sport Keep Cool espérait sans doute mieux comme cadeau qu'une polémique liée à sa nouvelle campagne publicitaire. Depuis le mois de septembre, l'enseigne est présente dans les rues de quinze villes de France à travers des affiches montrant une jeune femme ronde et souriante, adhérente présumée de l'un des clubs, entièrement nue.

Une nudité jugée déplacée et injustifiée qui immédiatement provoqué l'indignation des féministes, l'association toulousaine Mix-Cité en tête. " C'est racoleur. De plus, cette jeune femme est dans une position lascive et recroquevillée. Sans dynamisme. Ennuyeux pour une enseigne censée faire bouger ", a jugé le mouvement. Une colère reprise par des militants du Front de gauche qui ont exigé, et obtenu, le retrait des trois affiches du métro toulousain.

Un homme nu pour la prochaine campagne d'affichage de l'enseigne

Guy Deville, le fondateur du réseau, lui, ne comprend pas les motivations de ces militants. Il a d'ailleurs fait savoir par voie de communiqué de presse qu'il refusait cette censure et allait exiger la remise en place de ses affiches. " Ces manifestants préfèrent-ils une blonde retouchée sur ordinateur aux formes qui n'existent justement que sur les panneaux publicitaires ? " interroge-t-il. Et d'ajouter : " les femmes sont complexées par cette image de modèle soi-disant parfait. Nous ne voulons plus accepter cette pensée unique et nos adhérentes non plus. " L'enseigne a par ailleurs fait savoir que sa prochaine campagne d'affichage mettrait en scène un autre adhérent, tout aussi nu. Seule différence, il s'agira d'un homme. Les féministes seront-elles aussi prompts à réagir ? L'avenir nous le dira...