PMA : le gouvernement s'embrouille, l'opposition jubile

PMA : le gouvernement s'embrouille, l'opposition jubile
PMA : le gouvernement s'embrouille, l'opposition jubile
C'est l'épine dans le pied du gouvernement : alors que le débat sur le mariage pour tous a été lancé à l'Assemblée nationale mardi dernier, la question de l'ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples homosexuels reste floue et donne lieu à certains cafouillages qui réjouissent l'opposition.
A lire aussi


Les députés de l'opposition se félicitent déjà d'un « recul du gouvernement », à l'instar d'Hervé Mariton qui dénonce un projet « totalement incohérent ». Six jours après l'ouverture du débat sur le mariage pour tous à l'Assemblée nationale, la question de l'ouverture aux couples de même sexe de la procréation médicalement assistée (PMA) pose en effet problème et donne lieu à certains cafouillages au sein de gouvernement. Dimanche, la ministre déléguée à la Famille Dominique Bertinotti s'est ainsi fait rappeler à l'ordre par Jean-Marc Ayrault : en cause, le fait qu'elle ait affirmé à plusieurs reprises que la PMA serait inclue dans le futur texte sur la Famille annoncé pour mars et qu'elle ait annoncé que cette même question serait examinée par le Parlement « avant fin 2013 ». Or, Matignon a souligné que le texte ne sera pas étudié tant que ne serait pas rendu l'avis du comité consultatif national d'éthique (CCNE) sur cette réforme. Le Premier ministre a ainsi rappelé à l'ordre Mme Bertinotti ce week-end, depuis le Cambodge où il était en déplacement : « Elle ne peut pas dire ça, dans la mesure où elle ne connaît pas la date de réponse du CCNE », a-t-il rappelé, soulignant que pour le mois de mars, « ce sera trop court ». Un recadrage que l'opposition s'est empressée de comprendre comme un désaveu pour la ministre de la Famille et comme un couac révélateur des contradictions des socialistes sur ce projet de loi.

Un calendrier très flou

Le président des députés PS Bruno Le Roux est alors monté au créneau, expliquant qu'il ne voyait « pas la contradiction qu'il y a. La ministre avait annoncé un texte qui était dans un délai compatible avec l'avis du conseil national d'éthique donc on est bien dans ce cas-là qui vient d'être réaffirmé par le premier ministre », justifie-t-il. Mais la grogne est montée dans l'hémicycle, aussi bien à gauche où certains députés ne savent « plus qui croire » et où beaucoup demandent une clarification du calendrier, qu'à droite où l'on crie victoire. « Il y a un recul du gouvernement ! Un recul du gouvernement, ça se prend et ça s'applaudit ! », a ainsi lancé Hervé Mariton lors de la reprise des débats dans l'hémicycle. « C'est important pour nous, pour tous les manifestants du 13 janvier et tous les Français qui pensent que le mariage pour les couples homosexuels entraînera la PMA », a souligné le député, dénonçant les « contradictions du gouvernement ». « Contradiction » également pour Jean-Christophe Fromantin, élu de l'UDI, qui pointe du doigt le conflit manifeste entre Dominique Bertinotti qui annonce une loi Famille incluant la PMA d'ici la fin de l'année, le Premier ministre qui assure de son côté que la loi PMA est soumise à l'avis du Comité national d'éthique et que donc elle pourra « être traitée toute seule » et enfin Bruno Le Roux qui annonce qu'il y aura dans tous les cas une loi PMA. Après avoir voté le premier article du projet de loi sur le mariage pour tous, la poursuite de l'examen du texte s'annonce donc tout sauf sereine. D'autant plus qu'il reste aux députés à passer en revue les 4000 amendements de l'opposition restants.