Les retraités les plus pauvres sont des femmes seules

Les retraités les plus pauvres sont des femmes seules
Les retraités les plus pauvres sont des femmes seules
La majorité des retraités les plus modestes sont des femmes vivant seules révèle une enquête de la CFDT. Leurs principales dépenses concernent le logement et l'alimentation.
A lire aussi
Les États-Unis parmi les dix pays les plus dangereux pour les femmes
News essentielles
Les États-Unis parmi les dix pays les plus dangereux pour...


D’après une enquête de la CFDT publiée mardi, les retraités aux plus faibles revenus sont majoritairement des femmes, vivant seules. Pour aboutir à ce constat, l’Union confédérale de la CFDT-Retraités a examiné 1 500 questionnaires adressés à une population de retraités, dont 1 067 aux revenus modestes. L’enquête démontre que les femmes représentent 73% des retraités aux revenus modestes (moins de 2 000 euros pour un couple et moins de 1 250 euros pour une personne vivant seule). La CFDT révèle aussi que les femmes représentent 76% des retraités vivant sous le seuil de pauvreté (soit un revenu de moins de 1 500 euros pour un couple et de moins de 1 000 euros pour une personne seule). Ces femmes sont en majorité seules (92%). Par rapport aux revenus des hommes à la retraite, ceux des femmes dans la même situation sont inférieurs de 30%. Ces inégalités de salaires s’expliquent par une carrière souvent incomplète (54% des femmes contre 24% pour les hommes). Une interruption majoritairement dû à l'éducation des enfants pour les femmes et à « un changement de secteur d’activité » pour les hommes.

Parmi les dépenses les plus coûteuses, on retrouve le logement et l’alimentation qui constituent une part importante du budget des retraités comme pour le reste de la population. Ces dépenses représentent au total 65% du budget des ménages aux revenus modestes contre 54% pour les revenus des tranches supérieurs. Libération.fr rapporte que les retraités aux faibles revenus préfèrent économiser sur leur complémentaire santé et sur les frais de santé non remboursés. Ils se restreignent également sur des dépenses moins importantes comme les loisirs et l’habillement et économisent également sur les charges d’habitation (eau, électricité, chauffage) « qui sont pourtant des éléments de bases », d’après le syndicat. Enfin, l’enquête démontre que près de 20% des personnes sondées ont l'intention de puiser dans leur épargne pour permettre leurs dépenses selon La Tribune.fr. Ces personnes ont, en moyenne, des remboursements d’emprunt à la consommation de 500 euros par an.

Alice Bidet

VOIR AUSSI

Les femmes seules avec enfants sont le nouveau visage de la pauvreté en France
Les femmes, premières victimes de la pauvreté
Les 18-25 ans, premières victimes de la pauvreté en France

Plus d'actu sur : Tout sur la retraite

Comment partir en retraite à 33 ans ? Ce couple a trouvé la solution
Envoyé Spécial : "Portugal, le nouveau paradis des retraités français ?" sur France 2 Replay
Tout savoir sur le cumul emploi-retraite