GPA : Le Monde publie un appel contre la légalisation des mères porteuses

GPA : Le Monde publie un appel contre la légalisation des mères porteuses
GPA : Le Monde publie un appel contre la légalisation des mères porteuses
Lionel Jospin, le Pr. René Frydman, Claude Evin, Gisèle Halimi, François Hollande ou encore la philosophe Sylviane Agacinski signent avec une centaine d’autres personnalités un « appel contre le marché des ventres » à paraître dans le Monde de demain. Une initiative du collectif « No Body For sale » pour empêcher la légalisation des mères porteuses.
A lire aussi
GPA : une mère porteuse et un couple condamnés à 5 000 euros d'amende
bebe
GPA : une mère porteuse et un couple condamnés à 5 000...

C’est aujourd’hui, date d’ouverture de la révision des lois bioéthiques à l’Assemblée, que le collectif « No Body For sale » choisit de publier « un appel contre le marché des ventres », pour s’opposer à toute légalisation de la GPA – Gestation pour autrui. L’appel a été signé par 150 personnalités dont Lionel Jospin, Axel Kahn, le Pr. René Frydman, Marie-George Buffet, Yves Cochet, Elisabeth Guigou, Claude Evin, Gisèle Halimi, François Hollande, la philosophe Sylviane Agacinski mais aussi le Planning Familial ou le collectif Osez le féminisme.
L’appel veut dénoncer la « marchandisation du corps féminin » impliquée par la pratique des mères porteuses, banalisée dans de nombreux pays. Terrafemina avait donné la parole à ces mères de substitution, en Californie ou en Géorgie, mettant en évidence le lien entre la pauvreté et la « location » des ventres dans certains pays. Le collectif « No Body For Sale » entend dénoncer un procédé qui exploite les femmes les plus vulnérables : « L’utilisation de « mères de substitution » (surrogate mother) s’est ainsi répandue dans certains Etats américains, en particulier en Californie, où s’affichent sans fard des annonces de « ventres à louer » (Wombs for rent), ce qui n’empêche pas ce marché de se délocaliser dans les pays pauvres, en Europe de l’Est ou en Inde, où les femmes étant beaucoup plus pauvres, les tarifs sont nettement moins élevés. » (extrait du communiqué « No Body For Sale » )
Les signataires se sont ainsi prononcés pour que les candidats à la présidentielle de 2012 adoptent « une position claire » sur la GPA et pour qu’une campagne internationale « pour l'abolition de la pratique des mères porteuses » soit lancée.

VOIR AUSSI

Le débat sur les mères porteuses relancé
Des mères porteuses en France
Bioéthique : limiter la FIV à trois embryons par couple

Dans l'actu